samedi 10 février 2018

Pierre Louÿs. Pibrac, Quatrains érotiques (1933). 20 eaux-fortes libres en couleurs. 1/308 ex. numérotés. Très bel exemplaire relié par Honegger.


Pierre LOUYS - Berthommé de Saint-André (illustrateur) - Honegger (relieur).

PIBRAC, Quatrains érotiques de Pierre Louÿs.

Aux dépens d'un amateur, pour le profit de quelques autres. M. IM. XXXIII. [1933].

1 volume in-4 (24 x 19,5 cm) de 77-(1) pages. 20 planches hors-texte en couleurs. Vignettes en noir.


Reliure moderne demi-box gris souris, dos lisse, titre et auteur dorés, tête dorée, non rogné (relié sur brochure), couverture en papier-velours vert imprimé conservées. Excellent état de l'ensemble, proche du neuf. Les gardes blanches brunies (rabats qui ont acidifié le papier), intérieur sans rousseurs, quelques légères décharges (bien naturelles quand on y pense ...) en regard des gravures (reliure signée Honegger).


Premier tirage des 20 pointes sèches libres attribuées à Berthommé de Saint-André, imprimées en couleurs.

Tirage unique à 308 exemplaires. Celui-ci, 1 des 280 exemplaires sur grand vélin d'Arches.


Dutel indique que cette édition a paru en janvier 1934, probablement par les soins du libraire Robert Télin. Il y a outre les 20 cuivres attribués à Berthommé de Saint-André, 8 bandeaux au trait imprimés en noir, par le même artiste. Le texte est imprimé en vert et noir.


Les quatrains érotiques de Pierre Louÿs furent publiés pour la première fois en 1927, après la mort de l'auteur. Le nom énigmatique renvoie au magistrat et poète toulousain Guy du Faur de Pibrac (1529-1584), auteur d'un recueil de quatrains moralisateurs. Comme avec le Manuel de civilité pour les petites filles à l'usage des maisons d'éducation, Louÿs détourne un genre ennuyeux et moralisateur en une fantaisie érotique, tout en gardant la stricte organisation formelle de son modèle. Tous les quatrains commencent par le même début "Je n'aime pas à voir..." Ils sont tous hilarants mais "le rythme des quatrains provoquent au bout du compte un effet quasi hypnotique, à la façon de véritables mantras pornographiques".


Il nous suffira d'en prendre un pour exemple et donner ainsi une idée de l'ensemble :

Je n’aime pas à voir l’Andalouse en levrette
Ouvrir les bords poilus de son cul moricaud
Qui porte à chaque fesse une sorte d’aigrette
Sur l’anus élargi comme un coquelicot.


Références : Dutel, Bibliographie des ouvrages érotiques publiés clandestinement en français entre 1920 et 1970, n°2198* ; Pia, 1209.


Bel exemplaire de ce très joli clandestin artistique peu courant, d'autant plus finement relié comme ici.

Honegger fut notamment le relieur de Gérard Nordmann pour sa bibliothèque érotique. ‎

Prix : 1.200 euros


vendredi 9 février 2018

Edmond Haraucourt. La Légende des Sexes du Sire de Chambley (1882). Edition originale imprimée à 212 exemplaires. Celui-ci imprimé sur vergé teinté et dédicacé à Paul Fremy. Belle reliure de Charles Septier. Exemplaire en parfait état.


LE SIRE DE CHAMBLEY (Edmond H...) [Edmond HARAUCOURT]

LA LÉGENDE DES SEXES. POÈMES HYSTÉRIQUES.

Imprimé à Bruxelles pour l'auteur. 1882 (date sur la couverture et le titre). Achevé d'imprimer le 15 avril 1883 (colophon).

1 volume in-8 (23 x 15 cm) de 147-(1) pages.

Reliure postérieure demi-maroquin prune à coins, dos à nerfs, tête dorée, non rogné (relié sur brochure). Couverture conservée. Texte imprimé sur papier vergé teinté (Ch. Septier).

Il a été tiré de cet ouvrage deux cents exemplaires, en deux séries, et douze exemplaires sur Japon. Ces volumes, tous numérotés et paraphés par l'auteur, ne pourront être vendus.

Celui-ci est signé par l'auteur mais ne porte aucun numéro. Il s'agit d'un des 200 exemplaires sur vergé teinté.

Exemplaire offert à Paul Fremy avec le "souvenir affectueux" de l'auteur et accompagné d'un joli poème autographe (énigmatique) signé et daté du 7 novembre 1891. Paul Frémy était le fils de Louis Frémy, homme politique (député) originaire de St-Fargeau (Yonne) et ancien gouverneur du Crédit Foncier (mort en 1891). "Paul Frémy est très répandu et connu dans la grande société parisienne". (Gazette anecdotique, 1891). Paul Frémy était né en 1848 et était officier de cavalerie.


Provenance : Paul Fremy (dédicace) ; Gaston Héliot (ex libris gravé), n°3429.


La Légende des Sexes est le premier ouvrage de l'auteur. Haraucourt a 26 ans lorsqu'il publie de manière confidentielle à 212 exemplaires seulement (il existe plusieurs contrefaçons publiées ensuite) ces poèmes hystériques, véritable "épopée du bas-ventre". "Donc, dans le coït, rien ; à côté, rien. Avons-nous essayé les premiers la force contractile du sphincter anal ? (...) Avons-nous inventé le travail des langues, et le baiser adultère des taureaux ou des cygnes ? Rien ! nous n'avons rient fait, et nous ne ferons rien ! Il ne nous reste qu'un espoir, qu'un rêve irréalisé encore : l'application de l'envahissante électricité au travail voluptueux de nos sens. Et même doutons-nous, misérables que nous sommes, dans notre espérance dernière : car peut-être l'amour et le désir ne sont-ils que ces phénomènes dynamo-électriques , nos sexes, des accumulateurs ou des piles chargés de voltes et d'ampères, et desquels jaillit, par l'approche d'un pôle contraire, la resplendissante électricité de l'amour. (...)" (extrait de la Préface).



Élaboré en contre pied de la Légende des Siècles du grand Hugo, ce livre eut le succès du soufre. Du coït des atomes en passant par le Sonnet pointu ou le Sonnet honteux, ce volume composé de 39 poèmes est une aventure textuelle au pays des libertés curieuses. Plus tard (assez rapidement en fait), Haraucourt, afin de ménager sa carrière professionnelle, reniera cet ouvrage de jeunesse pour lequel cependant on se souvient encore de lui aujourd'hui.


Sonnet honteux

L'anus profond de Dieu s'ouvre sur le Néant,
Et, noir, s'épanouit sous la garde d'un ange.
Assis au bord des cieux qui chantent sa louange,
Dieu fait l'homme, excrément de son ventre géant.
Pleins d'espoir, nous roulons vers le sphincter béant
Notre bol primitif de lumière et de fange ;
Et, las de triturer l'indigeste mélange,
Le Créateur pensif nous pousse en maugréant.
Et un autre…



Sonnet pointu


Reviens sur moi ! Je sens ton amour qui se dresse ;
Viens, j'ouvre mon désir au tien, mon jeune amant.
Là... Tiens... Doucement... Va plus doucement...
Je sens, tout au fond, ta chair qui me presse.
Rythme bien ton ardente caresse
Au gré de mon balancements,
O mon âme... Lentement,
Prolongeons l'instant d'ivresse.
Là... Vite !
Plus longtemps !
Je fonds ! Attends,
Oui, je t'adore...
Va ! va ! va !
Encore.
Ha !



La jeune

J'ai rêvé d'une vierge impécable, aux yeux froids,
Qui d'un bond, émergeant des moiteurs de sa couche,
Vient accrocher le poids de son corps à ma bouche
Et pointe sur mon coeur le roc de ses seins droits.
Longtemps, pieuse et chaste, elle a porté la croix
De l'orgueil vertueux que nul désir ne touche ;
Mais voilà que le rut s'est éveillé, farouche,
Et la chair en révolte a réclamé ses droits...
Elle plaque à ma peau la peau d'un ventre ferme,
Et furieusement crispée, elle m'enferme
Dans l'effort ingénu de sa lubricité.
Ses canines d'enfant mordent ma chair de mâle...
A moi, toute ! Et la fleur de sa nubilité,
Pourpre, s'épanouit sous l'onde baptismale.



Bel exemplaire parfaitement établi par Charles Septier.

Prix : 1.200 euros



jeudi 8 février 2018

Louis François Marie Bellin de La Liborlière. Roman gothique. Célestine ou les époux sans l'être (1799-1800). Rare édition publiée sans l'accord de l'auteur. Superbe exemplaire dans son élégant cartonnage plein papier de l'époque.

M. B. de la L. [Louis François Marie Bellin de La Liborlière].

CÉLESTINE ou les époux sans l'être ; par M. B. de la L. [Louis François Marie Bellin de La Liborlière].

A Paris, chez Billois, 8. [1799-1800]

4 tomes reliés en 2 volumes petits in-12 (13,2 x 9 cm) de (3)-234, (3)-230, 210 et 212 pages. 4 frontispices gravés sur acier (non signés).

Cartonnages à la bradel plein papier raciné strictement de l'époque, pièces de titre et tomaison décorés, roulettes dorées en tête et en queue du dos. Excellent état, proche du neuf. Infimes frottements à quelques endroits des cartonnages. Intérieurs très frais.

Nouvelle édition (publiée sans l'accord de l'auteur).



Exemplaire unique agrémenté de trois lavis érotiques à l'encre de Chine. Ces lavis (exécutés à une date indéterminée, représente les ébats d'une femme "fin XVIIIe". Ils se trouvent 1° au verso de la garde blanche du premier volume. 2° sur le faux-titre du premier volume (contigu à 1°). 3° au verso du titre du tome troisième (2e volume) (le lavis a transpiré au recto du titre). (photographies des dessins originaux sur demande).



Louis François Marie Bellin de La Liborlière (1774-1847) a suivi le chemin des émigrés dès l'automne 1791. Issu d'une noble et riche famille il ne put terminer ses études à cause des événements révolutionnaires. Il quitta l'habit ecclésiastique qu'on lui avait destiné pour prendre les armes et servir aux côtés de son père dans l'armée des princes et le régiment anglo-français de Vioménil. Farouche contre révolutionnaire, ayant pris les armes contre les français jusqu'à la bataille de Valmy, il quitte l'armée et s'installe à Hambourg puis à Brunswick où il travaille dans une imprimerie française. Il occupe son temps à l'écriture de romans. Le genre sombre, mis à la mode par Ann Radcliffe, lui inspira la pensée d’un roman qu’il publia à Hambourg, en 1798, 4 vol. in-12, sous le titre de Célestine, ou Les Époux sans l’être, roman noir ou roman gothique, favorablement accueilli, qui eut deux éditions à Paris, l’une en 1800, l’autre en 1801, 4 vol. in-12. Cet ouvrage recèle tous les ressorts du genre : ruines, spectres, souterrains, morts, revenants, paysages désolés, sang, meurtres, etc. Ajoutés jusqu'à l'excès. Frappé des défauts de ces sortes de compositions, en fit, peu de temps après, en 1799, une critique très piquante dans un autre roman intitulé : La Nuit anglaise, ou les Aventures jadis un peu extraordinaires, mais aujourd’hui toutes simples et fort communes de M. Dabaud, marchand de la rue Saint-Honoré, ouvrage qui se trouve partout où il y a des souterrains, des moines, des bandits et une tour de l’Ouest (2 vol. in-12, Hambourg, 1799 ; 2e édit., Paris, même année). La longueur du titre est indicatrice, en elle-même, de l’intention satirique. Lorsque le Premier Consul Bonaparte proclame en l’an VIII une amnistie générale pour les émigrés, Bellin de La Liborlière rentre en France pour y poursuivre ses travaux littéraires. En 1800, il publie Anna Grenwil, roman historique du temps de Cromwell (3 vol. in-12, Paris) et Voyage dans le boudoir de Pauline (Paris, in-12, 1801). Bellin de La Liborlière réussit à renter en possession de ses biens comme s'il n'avait jamais été émigré ni armé contre la France (rien ne change ...) et fut nommé par relations (rien ne change ...) recteur de l'université de Poitiers en 1815. Les reniements se succédant (il dut prêter serment à l'Empire et à Napoléon), il reçut même la légion d'honneur ... comme quoi cela sert toujours d'être déloyal envers ses ennemis (d'hier) qui deviennent (facilement) les amis de demain. Il se retira de ses fonctions en 1830. Il faisait partie de plusieurs sociétés savantes et belles-lettres. Il mourut en 1847 à l’âge de 73 ans.




Notre exemplaire est daté "8." (an 8) soit une publication 23 septembre 1799 et s'est terminée le 22 septembre 1800. En nous reportant à l'exemplaire de la Bibliothèque nationale (Paris, Lemarchand, an VIII - 1800), marqué sur les titres "nouvelle édition, revue et corrigée par l'auteur", on s'aperçoit que notre édition ne possède pas d'avertissement de "seconde édition" (ex. Bnf). Dans cet avertissement il est indiqué que la première édition a été donnée par MM. Fauche et compagnie à Hambourg et Brunswick, au commencement de l'année 1798. L'auteur y indique qu'une édition a été faite à Paris, sans son accord ; et qu'une autre va paraître encore. Au verso du faux-titre de notre exemplaire figure la liste des libraires associés ayant pris part à cette édition : se trouve à Paris, chez les libraires ci-après : Ouvrier, Maradan, Leprieur, Fucus, Pougens, Pigoreau, Lauxerrois, Deroy, Lepetit jeune, A Lille chez Wanackere, A Rouen chez Bégin, et sur la page de titre : A Paris, chez Billois, libraire, quai des Augustins, n°32.



Notre édition est absente du Catalogue collectif des bibliothèque de France et de tous les sites marchands en ligne [consultés le 8 février 2018]. La Bnf ne possède pas notre édition.

"Elle avança, s'avança lentement au milieu de l'appartement, et leva les yeux vers le lit. Les draps, les couvertures étaient tachés de sang, le plancher même en était inondé, et Rasoni couché sur le mauvais grabat, avait déjà l'air d'être dans son cercueil. Il était entièrement défiguré, une main terrible et vengeresse semblait écrire part-tout autour de lui les crimes de sa vie. Pâle, livide, à moitié descendu dans le tombeau, il conservait assez de force pour sentir toute l'horreur de ses derniers moments." (extrait).



Superbe exemplaire "truffé curiosa" de ce rare roman gothique, conservé dans son très séduisant cartonnage plein papier de l'époque.

VENDU

mercredi 7 février 2018

Gervaise de La Touche. Le Portier des Chartreux ou l'Histoire de Saturnin par lui-même. Edition clandestine de 1954 enrichie de 7 très belles aquarelles originales érotiques et anticléricales. Reliure d'art.


[Jean-charles GERVAISE DE LA TOUCHE]

LE PORTIER DES CHARTREUX.

1954, s.l.n.n. (achevé d'imprimer le 30 janvier 1954)

1 volumes in-4 (24,5 x 19,5 cm) de 197-(1) pages, avec 7 aquarelles originales érotiques.

Reliure moderne pleine chevrette blanche, dos lisse muet, premier plat avec grande aquarelle originale (15,5 x 12 cm) incrustée au centre, doublures et gardes de parchemin huilé teinté veiné rouge sang, doubles gardes de papier vergé gris, tranchefiles tricolores brodés main, couvertures et dos du brochage conservés, relié sur brochure (reliure signée ELSA RAMBOUR, 2015).


ÉDITION CLANDESTINE IMPRIMÉE A 250 EXEMPLAIRES SEULEMENT.

Tous les exemplaires sont numérotés au composteur et imprimés sur le même papier (papier d'Alfa ?).


EXEMPLAIRE UNIQUE ENRICHI DE 7 TRÈS BELLES AQUARELLES ORIGINALES ÉROTIQUES ANTICLÉRICALES.



Ces aquarelles de très belle facture, restées anonymes mais d'une belle main artiste des années 1935-1945 (?), de dimensions 15,5 x 12 cm à 16 x 12,5 cm environ, ont été réenmargées sur papier vergé antique, l'aquarelle incrustée sur le premier plat de la reliure est sagement dissimulées des regards indiscrets grâce à un étui coulissant fait sur mesure.


Dom Bougre, ou ici Saturnin, désignerait l'abbé Desfontaines et ses aventures lubriques. “Je suis le fruit de l’incontinence des révérends pères célestins de la ville de R…” Devenu “portier des chartreux”, Saturnin raconte ici – à des fins édifiantes – les aventures rocambolesques, libertines et licencieuses qui remplirent son existence de moine débauché. Dénonciation sur le mode ludique de la luxure du clergé au XVIIIe siècle, ce roman érotique – un des classiques du genre – est avant tout un roman d’initiation au plaisir qui avance, en plein siècle des Lumières, l’idée même d’une liaison étroite entre bonheur et libre expression de la sexualité. Mais par-delà les intentions philosophiques ou moralisantes, c’est l’alacrité du ton, la vivacité des scènes, la fausse naïveté du style et une fascination jubilatoire face au mystère du plaisir qui donnent à ce roman – dont l’auteur n’est pas sûrement identifié – sa force et son pouvoir d’évocation.


Le Portier des Chartreux fait figure de référence chez Michel Foucault dans La Volonté de savoir, introduction à son Histoire de la sexualité. Ce roman libertin, anonyme, relate le parcours d'un jeune homme, fruit d'amours orgiaques entre moines et moniales. Dom Bougre - ainsi se nomme-t-il, entrera dans les ordres: "J'entre dans une nouvelle carrière. Destiné par ma naissance à augmenter le nombre de ces pourceaux sacrés que la piété des fidèles nourrit dans l'abondance, j'avais reçu de la Nature les plus heureuses dispositions pour cet état, et l'expérience avait déjà commencé à perfectionner ses présents." Ces dispositions naturelles auxquelles Dom Bougre fait référence sont celles qui déterminent l'essence même du moine: "Quelles foules de caractères odieux n'aurais-je pas à tracer si je voulais vous peindre ceux de tous les moines! Change-t-on d'inclination pour changer d'habit? Non, le buveur est toujours ivrogne, le voleur est toujours voleur, l'impudent toujours impudent et le fouteur est toujours fouteur."

Le Portier des Chartreux est l'incarnation érotique de la pensée libre de la moitié du XVIIIe siècle. A l'image de ce récit irrévérencieux, voici la dédicace du livre: "Au Sieur Sartine ; qui, sous le titre spécieux de lieutenant de police, est la quintessence de la Méchanceté, que l'Enfer vomit sur la Terre et le vrai Bourreau des Libraires."

Références : Dutel, Bibliographie des ouvrages érotiques publiés clandestinement en français entre 1650 et 1880, n°2242.


SUPERBE EXEMPLAIRE UNIQUE.

Prix : 2.200 euros

mardi 6 février 2018

Andréa de Nerciat. La Matinée libertine. 8 illustrations hors-texte et 81 dessins au trait rehaussés en couleurs à l'aquarelle d'après les dessins de Gaston Trilleau. Très bel illustré curiosa clandestin imprimé à seulement 212 exemplaires. Rare.


ANDREA DE NERCIAT- Gaston TRILLEAU, illustrateur (imitation)

LA MATINÉE LIBERTINE OU LES MOMENTS BIEN EMPLOYÉS.

A Versailles, Pour les Amis du bon vieux temps [vers 1928]

1 volume in-8 (23 x 18 cm) de 96 pages, broché. 8 illustrations (fausses eaux-fortes avec cuvette factice) en couleurs hors texte et 81 dessins au trait dans les marges rehaussés en couleurs au pochoir. Premier plat de couverture imprimé en rouge et noir. Petite fente en haut du dos sans gravité, excellent état.

TIRAGE A 212 EXEMPLAIRES SEULEMENT.

CELUI-CI,1 DES 200 EXEMPLAIRES SUR VERGÉ DE RIVES.

Détail du tirage : 6 ex. sur Japon nacré, 6 ex. sur Japon impérial et 200 ex. sur vergé de Rives.


JOLIE ÉDITION QUI COPIE LES ILLUSTRATIONS DE GASTON TRILLEAU PARUES QUELQUES MOIS AUPARAVANT.

Dutel indique que les illustrations de cette édition sont de Marcel Jeanjean. Une simple comparaison permet de constater qu'il s'agit en réalité d'une reprise (copie) quasi à l'identique des illustrations données quelques mois auparavant par Jean-Gilles Legendre alias Gaston Trilleau pour le même ouvrage (Dutel, n°1939).


Référence : Dutel, Bibliographie des ouvrages érotiques publiés clandestinement en français entre 1920 et 1970, n°1940.

Jean-Gilles LEGENDRE est le pseudonyme de Gaston TRILLEAU (1874 - 1945), humoriste et graveur qui collabora à plusieurs revues humoristiques avant la guerre de 1914-1918. Il illustra notamment le Vieux cahier de chansons, la Lanterne magique, la Nouvelle méthode pour apprendre l'anglais, l'Art et manière de découper le poulet.


La Matinée libertine ou les moments bien employés a été publié anonymement sous l'adresse de Cythère, 1787, 144 p. C’est un écrit qui se situe dans la même veine et dans le même style que ceux du Diable et des Aphrodites. Comme le titre le laisse pressentir, il s’agit de la description d’une matinée passée par une jeune Comtesse. Le récit se compose de quatre dialogues où règnent frivolité et libertinage. L'attribution à de Nerciat reste incertaine. En ce qui concerne la Matinée, les avis des critiques restent partagés. D’un côté Vital-Puissant, Poulet-Malassis et Marion Toebbens l’attribueraient plutôt à Mérard de Saint-Just, tandis que Apollinaire, Kearney, Denise Miège, Hubert Juin et Sarane Alexandrian l’octroieraient à Nerciat.


LIVRE ILLUSTRÉ ÉROTIQUE DES PLUS CHARMANTS.

TIRAGE RARE.

Prix : 650 euros


Paul Verlaine. Oeuvres libres avec des lettrines libres gravées sur bois. Edition bibliophilique imprimée à 400 exemplaires sur Hollande. Bel exemplaire, tel que paru.


Paul VERLAINE

ŒUVRES LIBRES.

S.n.n.d. (Paris ?, vers 1930?) [sous le nom du licencié Pablo de Herlagnez à Ségovie - 1868.]

1 volume in-8 (23 x 14 cm) de 100 pages chiffrées et 2 pages de table, en feuilles sous chemise de papier épais gaufré gris, auteur, titre et adresse imprimés en noir sur le premier plat.


Nouvelle édition illustrées de lettrines libres gravées sur bois (anonymes). Avec quelques culs-de-lampes érotiques également gravés sur bois (anonymes).

Cette édition a été tirée à quatre cent exemplaires pour les souscripteurs (édition non mise dans le commerce). L'exemplaire vendu cent francs.

Nous comptons 31 lettrines à caractère libre, gravées sur bois et qui restent anonymes (le trait nous fait penser à l’œuvre gravée sur bois de Raymond Renefer (1879-1957), sans certitude aucune). Cette édition joliment imprimée sur beau papier vergé de Hollande a dû paraître vers 1930. On trouve parfois jointe une suite de 6 eaux-fortes libres, tirées sur vélin épais, qui ne se trouve pas ici.

La première partie du recueil contient des poésies érotiques à caractère pornographique sur la femme et l'amour hétérosexuel. La seconde partie du recueil contient des poésies érotiques à caractère pornographique sur les relations homosexuelles masculines. On trouve à la fin le très célèbre Sonnet du trou du cul, cosigné par Paul Verlaine et Arthur Rimbaud. L'ensemble compte 39 poèmes libres.

Références : P. Pia, Les livres de l'Enfer, col. 1044. B.N., Enfer, 1348 ; Dutel, Bibliographie des ouvrages érotiques publiés clandestinement en français entre 1920 et 1970, n°2092.


BEL EXEMPLAIRE TEL QUE PARU.

Prix : 350 euros


D. H. Lawrence. L'Amant de Lady Chatterley illustré par Schem (Raoul Serres) en 1956. Un des 17 rarissimes exemplaires de tête sur Madagascar avec suites et 2 superbes aquarelles originales. Rare.


D. H. LAWRENCE

LADY CHATTERLEY. Version première traduite de l'anglais. Lithographies originales en couleurs de SCHEM (Raoul Serres).

(Paris), Deux-Rives, 1956

1 volume in-4 (32 x 26 cm pour les marges mes plus grandes), en feuilles, sous couvertures rempliée illustrée sur le premier plat d'une lithographie en couleurs. 322 pages. Ornements et lettrines imprimées en couleurs. 17 compositions hors-texte lithographiées en couleurs dont 1 sur le premier plat de couverture et 16 intercalées hors-texte. 24 compositions d'en-tête de chapitre tirées dans différents tons. (sans emboîtage).



ÉDITION DE BIBLIOPHILE IMPRIMÉE A 1.058 EXEMPLAIRES.

CELUI-CI, UN DES 17 EXEMPLAIRES DE TÊTE SUR MADAGASCAR.

Il CONTIENT :

- UNE AQUARELLE ORIGINALE EN COULEURS ACCEPTÉE

UNE AQUARELLE ORIGINALE EN COULEURS REFUSÉE

UNE POINTE SÈCHE ORIGINALE SPÉCIALEMENT GRAVÉE AVEC REMARQUES TIRÉE SUR JAPON IMPÉRIAL

- LA SUITE COMPLÈTE DES LITHOGRAPHIES ORIGINALES EN COULEURS

- LA SUITE COMPLÈTE DES LITHOGRAPHIES ORIGINALES EN NOIR AVEC REMARQUES



L'Amant de lady Chatterley (Lady Chatterley's Lover) est un roman de l'écrivain anglais David Herbert Lawrence, écrit en 1928. Ce roman n’a pu être imprimé au Royaume-Uni qu'en 1960, longtemps après la mort de l’auteur en 1930. La publication du livre a provoqué un scandale en raison des scènes explicites de relations sexuelles, de son vocabulaire considéré comme grossier et du fait que les amants étaient un homme de la classe ouvrière et une femme de l'aristocratie. Lors de la première publication au Royaume-Uni en 1960, le procès des éditeurs, Penguin Books, sous le coup de la loi sur les publications obscènes (Obscene Publications Act) de 1959, fut un événement public et un test pour cette nouvelle loi qui venait d’être promulguée à l’initiative de Roy Jenkins. Cette loi permettait aux éditeurs de textes « obscènes » d’échapper à la condamnation s’ils pouvaient démontrer que l’œuvre en question avait une valeur littéraire. Dans le cas de ce roman, un des arguments de l’accusation était le fréquent usage du verbe fuck (en français, baiser ou fourrer) et de ses dérivés. Divers critiques universitaires, y compris E. M. Forster, Helen Gardner et Raymond Williams, furent convoqués comme témoins, et le procès se termina sur un verdict d’acquittement. Le procès fit jurisprudence pour ouvrir la voie à une plus grande liberté d’expression dans le pays.



L’histoire est celle d’une jeune femme mariée, Constance, Lady Chatterley, dont le mari, propriétaire terrien, est devenu paralysé et sexuellement impuissant. Une vie monotone, un mari indifférent et la frustration sexuelle poussent Constance à entamer une liaison avec le garde-chasse, Oliver Mellors. Quand le roman se termine, Constance attend un enfant de Mellors. Ils sont provisoirement séparés en attendant d’obtenir le divorce de leurs conjoints respectifs. Le roman est le récit de la rencontre de Lady Chatterley et d'Olivier Mellors, d'un difficile apprivoisement, d'un lent éveil à la sensualité pour elle, d'un long retour à la vie pour lui... ou comment l'amour ne fait qu'un avec l'expérience de la transformation.


Nous proposons ici une très belle édition illustrée par Schem, spécialiste du genre curiosa. Raoul Serres (1881-1971) signait ses oeuvres érotiques du pseudonyme Schem. Son illustration à caractère pornographique des œuvres du Marquis de Sade fait scandale en 1936, il adopte alors le pseudonyme « Schem » pour ses dessins licencieux. Les oeuvres de cet artiste au trait très assuré et imaginatif sont aujourd'hui très recherchées.



ÉTAT NEUF.

TRÈS RARE TIRAGE DE TÊTE AVEC NOTAMMENT DEUX SUPERBES AQUARELLES ORIGINALES.

Prix : 2.200 euros



lundi 5 février 2018

Pietro Aretino. La vie des nonnes de l'Arétin illustrée de 10 bois gravés érotiques (1930). Tirage à 500 exemplaires.



ARETIN (Pietro ARETINO)

LA VIE DES NONNES illustrée de dix gravures.

Paris, sans date, sans nom [vers 1930]

1 volume in-8 carré (19,8 x 17,7 cm), broché, 74 pages, couverture à rabat imprimée en noir en papier marbré brun marbré. 10 illustrations hors texte (bois gravés ou linoléum). TRès bon état sur papier vélin épais. Petites marques sans gravité en tête et en queue du dos (fissures).

Tirage à 500 exemplaires sur vélin blanc.


Référence : Dutel, Bibliographie des ouvrages érotiques publiés clandestinement en français entre 1920 et 1970, n° 2616 ; Pia, Les livres de l'Enfer, n° 1241.

Cet ouvrage se présente de la même manière que Les amis du crime du marquis de Sade également illustré de bois gravés (12) dans un même format et une mise en page identique. Les deux volumes ont du paraître à quelques mois d'intervalle par les soins du même éditeur ou groupe d'amateurs.

Le nom de l'illustrateur reste un mystère.



"La Vie des nonnes de Pierre Arétin (1492-1556), tirée de ses sulfureux Ragionamenti, trouve donc un plumage digne de son ramage. Très profondément érotique, voire pornographique, La Vie des nonnes se présente sous la forme d'un dialogue entre Antonia et Nanna. Cette dernière ayant été tour à tour religieuse, mariée et courtisane, elle est sommée de dire à sa compagne quel état paraît le plus enviable. Nanna se remémore d'abord sa vie de nonne lors de laquelle elle fut dépucelée par un bachelier qui planta "deux fois l'étendard dans le donjon et une fois dans le fossé". A l'entendre, le couvent est une maison close, où le voyeurisme est élevé au rang de prière. On fornique à tout va dans les cellules des nonnes où le regard est invité à pénétrer par d'innombrables fentes.Outre la charge virulente de l'Arétin, on retiendra surtout de ce texte la formidable puissance d'une langue où l'érotisme se niche dans ses recoins obscurs et métaphoriques. Ainsi, comprendra-t-on ce que l'on voudra lorsque Nanna voit "la prudente mère supérieure" en compagnie d'un visiteur"prendre les choses du bon côté". Nanna, au couvent, fait son apprentissage et remarque qu'"il est moins difficile d'apprendre à jouer des mains avec les gobelets, que l'art de caresser l'oiseau si gentiment qu'il se dresse sur ses pattes, quand même il ne le voudrait pas." De même un confesseur est surpris retirant "le bouchon de la bouteille" et voulant "à toute force le mettre dans le pot à civette". On n'en finirait pas de relever toutes les inventions de cet auteur autodidacte, à propos duquel l'histoire littéraire retient le fait que de nombreuses et très belles femmes fréquentaient la demeure vénitienne. Heureux inventeur d'une langue puissante et imagée qui trouva au XVIe siècle, une protection qu'on serait loin de lui accorder aujourd'hui." (Présentations de la réédition de l'édition de 1882 donnée par Alcide Bonneau).



Bel exemplaire de ce joli livre illustré clandestin anticlérical.

Prix : 280 euros

vendredi 2 février 2018

Les Mémoires d'une chanteuse allemande illustrés par Georges Pichard (1978). Format grand in-folio avec 50 illustrations hors-texte. Une des plus belles illustrations érotico-pornographique de ce texte savoureux redécouvert et publié par Guillaume Apollinaire en 1913.


Wilhelmine Schroeder-Devrient [cantratrice allemande] / Guillaume APOLLINAIRE - Georges PICHARD, illustrateur

Mémoires d'une chanteuse allemande. Illustrations originales de Georges Pichard.

L'Hérésiarque, Paris, 1978

1 volume grand in-folio (43 x 31 cm), 242-(1) pages. 50 illustrations à pleine page en noir dont 1 en frontispice. Feuillets de garde et doublure en papier illustré de compositions de G. Pichard également. Vignettes érotiques dans le texte (lettrines, bandeaux, culs-de-lampe) par le même artiste.

Reliure éditeur bradel toile bleue illustrée sur le premier plat d'une composition en couleurs par G. Pichard (20 x 14 cm en rectangle), titre doré au dos du volume. Excellent état. Un coin légèrement plissé sans gravité. Quelques ombres à la toile. Proche du neuf.

Premier tirahe des illustratyions érotiques de Georges Pichard.

Tirage de luxe à 2.015 exemplaires.

Celui-ci, 1 des 1.900 exemplaire sur papier à grain de Rives ivoire 170 grammes.


Il s'agit du premier volume de la collection Plein Folio de la maison d'édition l'Hérésiarque (le second volume (publié fin 1979 - janvier 1980), également illustré par G. Pichard est Trois filles de leur mère. Ce  premier volume donne l'intégralité du célèbre texte érotique découvert et publié par Guillaume Apollinaire peu avant la première guerre mondiale et publié pour la première fois en 1868-1875.


Le livre majeur de la littérature érotique allemande, les Mémoires d'une Chanteuse allemande, a été attribué à une célèbre cantatrice du XIXème siècle, Wilhelmine Schroeder-Devrient, qui défraya la chronique par ses mœurs dissolues et ses très nombreux amants et amantes. Dans sa version originale, ce roman épistolaire en deux volumes fut publié pour la première partie en 1868, soit huit ans après la mort de la chanteuse lyrique, et pour la seconde partie en 1875. Guillaume Apollinaire découvrit ces deux ouvrages lors d'un voyage à Strasbourg et fut si enthousiasmé par sa lecture qu'il décida d'éditer le texte. C'est ainsi que parurent en France deux éditions en 1913, l'une, édulcorée, aux « Maîtres de l'Amour », collection que dirigeait Apollinaire qui avait assuré la traduction du livre avec l'aide de Blaise Cendrars. Les préfaces des différentes éditions sont reproduites, et Guillaume Apollinaire, qui signa la préface à l'édition clandestine « Dr H. E. », semble persuadé que l'auteur est bien une femme. Dans ses premières lettres, la narratrice conte son éducation sexuelle. Les dernières lettres de Wilhelmine Schroeder-Devrient, qui constituent le second volume, narrent sa vie sexuelle de femme, d'autant qu'après avoir lu Nerciat, la chaude soprano a découvert Sade et perfectionné ses expériences. Tout y est, dans un crescendo déchaîné prenant pour cadre les plus grandes capitales d'Europe.


Les illustrations in-folio dues au talent de Georges Pichard (1920-2003) en font une des plus belles versions illustrées de ce célèbre texte. C'est seulement à partir de 1977 (soit un an seulement avant les Mémoires d'une chanteuse Allemande et deux ans avant Trois filles de leur mère) que Georges Pichard se tourne presque exclusivement vers l'illustration érotique (pornographique dirons certains). Il avait commencé cependant plusieurs années auparavant avec la série des Paulette (1971-1984) et Blanche Epiphanie. Georges Pichard avait commencé dans la publicité pour le compte de l'agence Drager puis déssinateur d'humour il travailla de longues années pour Le Rire et Le Fou-Rire. Ses premières bandes-dessinées sont publiées dans Pilote, Charlie Mensuel et France Soir. L'un des principaux représentants de la bande dessinée pour adultes de son époque, Pichard aime surtout mettre en scène des femmes bien en chair aux prises avec l'adversité, comme Blanche Épiphanie, Ténébrax et Paulette sur des scénarios de Georges Wolinski. C'est cette série, publiée pendant des années dans les premières pages de Charlie Mensuel, qui le fait réellement connaître en France. Ce sera ensuite Caroline Choléra, et Marie-Gabrielle de Saint-Eutrope, dont le graphisme reste l'un des plus élaborés jamais entrepris par l'auteur. Son dessin est influencé par l'art nouveau, Robert Crumb et le marquis de Sade pour la thématique. (Source Wikipédia).


Bel exemplaire de cette édition très grand format au tirage limité.

Très recherché.

Prix : 400 euros

Liens vers d'autres livres

Related Posts with Thumbnails