jeudi 21 juin 2018

Paul Verlaine. Oeuvres libres. Amies, Femmes et Hombres (vers 1940). Jolies suites d'illustrations en noir et en couleur par un artiste resté inconnu. Bel exemplaire.



Paul VERLAINE

OEUVRES LIBRES. Amies, Femmes, Hombres.

A Paris, Pour la Société des Amis du Symbolisme, s.d. (vers 1940)

1 volume petit in-4 (24 x 17,7 cm), en feuilles sous couverture rempliée de papier vergé vert d'eau, imprimé au nom de l'auteur sur le premier plat (étiquette contrecollée). 88-(3) pages. 12 illustrations hors-texte en noir dans une pochette du même papier. 12 illustrations hors-texte mises en couleur à l'aquarelle. Très bon état. Couverture et pochette de papier vergé refaite (neuve).

TIRAGE A 1.000 EXEMPLAIRES.

CELUI-CI, 1 DES 964 EXEMPLAIRES SUR OFFSET ICI AVEC LA SUITE DE 12 GRAVURES REHAUSSÉES EN COULEURS AU PINCEAU ET LA SUITE DE 12 GRAVURES EN NOIR.

Le détail du tirage est : 12 ex. sur chiffon avec dessin et suite en noir, 24 ex. sur vélin avec dessin et suite en noir et 964 ex. sur offset.



Dutel précise que cette édition des Poésies érotiques de Verlaine est incomplète des quatre derniers quatrains de Balanide I. On trouve à la fin le Poème du Trou du Cul par Verlaine et Rimbaud. Ce volumes contient les poésies pour Amies (homosexualité féminine), Femmes et Hombre (homosexualité masculine).

L'artiste qui a illustré cette édition n'a pas été identifié.



Je veux m'abstraire vers vos cuisses et vos fesses,
Putains, du seul vrai Dieu seules prêtresses vraies,
Beautés mûres ou non, novices et professes,
Ô ne vivre plus qu'en vos fentes et vos raies !

Extrait du poème intitulé "Ouverture".



Référence : Dutel, Bibliographie des ouvrages érotiques publiés clandestinement en français de 1920 à 1970, n°2091.

TRÈS BON EXEMPLAIRE.

Prix : 450 euros



mercredi 20 juin 2018

Contes et Nouvelles de Jean de La Fontaine, réimpression (1930) de luxe de l'édition dite des Fermiers Généraux (1762). Tirage à 500 exemplaires sur les cuivres originaux. Reliure plein maroquin à dentelle pastiche parfait XVIIIe s. Superbe exemplaire comme neuf.


Jean de LA FONTAINE

Contes et Nouvelles en vers, par M. de La Fontaine.

A Amsterdam, 1762 [Paris, Francis Guillot, 1930]

2 volumes in-8 (19 x 12,5 cm), XIV-268-(2) et VIII-306-(3)-16 pages. 80 figures hors-texte d'après les dessins de Charles Eisen, imprimées ici sur les cuivres originaux.

Reliure plein maroquin chocolat, richement orné aux petits fers dorés à l'imitation des reliures à dentelles du XVIIIe siècle. Petit fer à l'oiseau dans les angles des plats et au dos. Roulettes dorées formant encadrement intérieur des plats, doublures et gardes de papier marbré façon XVIIIe siècle. Tranches dorées. Reliure de l'époque (1930), imitation fine et parfaite des reliures du temps. Bien que non signées, ces reliures sortent probablement d'un atelier de reliure renommé de la première moitié du XXe siècle. Parfait état.


PREMIÈRE RÉIMPRESSION EXACTE DE LA CÉLÈBRE ÉDITION DES CONTES DE LA FONTAINE, DITE DES FERMIERS GÉNÉRAUX.


TIRAGE UNIQUE A 500 EXEMPLAIRES.

Celui-ci porte le numéro 155 et a été imprimé au nom de Me Elie-Jean Tournoud, notaire à Aix-les-Bains. Impression sur beau papier vergé fin teinté.


L'éditeur Francis Guillot affirme dans l'avertissement posséder les cuivres originaux de Charles Eisen. Ce sont ces cuivres originaux qui ont servi à cette impression. Le texte est en fac similé parfait. Les figures présentées ici sont dans leur état "découvert" (le diable de Papefiguière, le cas de conscience).


SPLENDIDE EXEMPLAIRE A L'ÉTAT DE NEUF.


Prix : 950 euros


lundi 18 juin 2018

Restif de La Bretonne. L'Anti-Justine ou Les délices de l'amour (1929). Superbe édition clandestine publiée par Maurice Duflou et illustrée de 12 très-belles aquatintes. Bel exemplaire bien relié à l'époque.


RESTIF DE LA BRETONNE (Rétif de La Bretonne, Nicolas-Edme)

L'ANTI-JUSTINE OU LES DÉLICES DE L'AMOUR. Nouvelle édition entièrement revue et corrigée, établie pour la première fois sur le texte original de 1798. Précédée d'une notice bibliographique par Helpey, bibliographe poitevin [Louis Perceau].

Ile Saint-Louis, De l'imprimerie de Monsieur Nicolas, s.d. [Paris, Maurice Duflou, 1929]

1 volume in-4 (24 x 16,5 cm) de 243 pages, 12 aquatintes libres en noir signées Le Loup.

Reliure de l'époque demi-basane fauve à larges coins, dos orné, pièce de titre de cuir rouge au centre du dos, petites bande de cuir bleu en tête et en pied du dos, non rogné, couverture conservée (premier plat). Très bon état. Quelques frottements insignifiants à la reliure (petit manque de papier sur une coupe). Intérieur très frais. Exemplaire très décoratif.


TIRAGE A 350 EXEMPLAIRES NUMÉROTÉS SUR PAPIER ALFAX.

CELUI-CI, UN DES EXEMPLAIRES AVEC LES AQUATINTES EN NOIR.

Les aquatintes signées Le Loup sont d'une étonnante beauté. Elles font de ce livre l'un des plus réussis de l'éditeur clandestin Maurice Duflou. L'illustrateur n'a pas été identifié par les bibliographes (bien que M. Dutel indique le nom de Jean-Adrien Mercier dans une notice pour cet ouvrage - Jean-Adrien Mercier plus connu pour ses illustrations pour livres d'enfants et ses dons d'affichiste, que pour ses illustrations érotiques), sa main sûre et très artiste dénote très certainement un grand nom de l'illustration des années 1930.


Le livre se présente comme de la main de Jean-Pierre Linguet, avocat au Parlement, entreprenant de raconter sa vie, son initiation et ses souvenirs. Restif a cherché à être l'anti-Sade, comme il l'annonce dans la préface : « Personne n'a été plus indigné que moi des sales ouvrages de l'infâme Dsds [Sade] ; c’est-à-dire, de Justine, Aline, le Boudoir, la Théorie du Libertinage, que je lis dans ma prison. Ce scélérat ne présente les délices de l’amour, pour les hommes, qu’accompagnées de tourments, de la mort même, pour les femmes. Mon but est de faire un livre plus savoureux que les siens, et que les épouses pourront faire lire à leurs maris, pour en être mieux servies ; un livre où les sens parleront au cœur ; où le libertinage n’ait rien de cruel pour le sexe des Grâces, et lui rende plutôt la vie, que de lui causer la mort ; où l’amour ramené à la nature, exempt de scrupules et de préjugés, ne présente que des images riantes et voluptueuses. [...] Moi, Jean-Pierre Linguet, maintenant détenu à la Conciergerie, déclare que je n’ai composé cet ouvrage, tout savoureux qu’il est, que dans des vues utiles ; l’inceste, par exemple, ne s’y trouve que pour équivaloir, au goût corrompu des libertins, les affreuses cruautés, par lesquelles de Sade les stimule. » Le roman s'articule sur de nombreuses relations incestueuses. L'auteur a voulu faire de son ouvrage un « Erotikon », propre à rallumer les passions éteintes, sans verser dans la cruauté du marquis de Sade : « Pour remplacer la Justine et faire préférer L’Anti-Justine, il faut que celle-ci surpasse l'autre en volupté autant qu'elle lui cède en cruauté… » L’Anti-Justine, tel qu'il a été édité, est inachevé, mais le manuscrit original devait avoir une longueur double ou triple de ce que nous connaissons aujourd'hui. En effet, Restif commença l'impression du roman en mars-avril 1798, mais fut nommé sous-chef de bureau dans les services de la police vers mai de cette année, ce qui l'incita très certainement à la prudence. Il semble ainsi que seuls quatre exemplaires (conservés à la Bibliothèque nationale de France, le plus complet s'achevant en milieu de phrase, au début d'une seconde partie alors que sept ou huit sont annoncées) aient jamais été imprimés, rien n'indique qu'il y en eut d'autres. L'œuvre, tombée dans l'oubli, ne refit véritablement surface que dans les années 1860.Le livre se présente comme de la main de Jean-Pierre Linguet, avocat au Parlement, entreprenant de raconter sa vie, son initiation et ses souvenirs. Restif a cherché à être l'anti-Sade, comme il l'annonce dans la préface : « Personne n'a été plus indigné que moi des sales ouvrages de l'infâme Dsds [Sade] ; c’est-à-dire, de Justine, Aline, le Boudoir, la Théorie du Libertinage, que je lis dans ma prison. Ce scélérat ne présente les délices de l’amour, pour les hommes, qu’accompagnées de tourments, de la mort même, pour les femmes. Mon but est de faire un livre plus savoureux que les siens, et que les épouses pourront faire lire à leurs maris, pour en être mieux servies ; un livre où les sens parleront au cœur ; où le libertinage n’ait rien de cruel pour le sexe des Grâces, et lui rende plutôt la vie, que de lui causer la mort ; où l’amour ramené à la nature, exempt de scrupules et de préjugés, ne présente que des images riantes et voluptueuses. [...] Moi, Jean-Pierre Linguet, maintenant détenu à la Conciergerie, déclare que je n’ai composé cet ouvrage, tout savoureux qu’il est, que dans des vues utiles ; l’inceste, par exemple, ne s’y trouve que pour équivaloir, au goût corrompu des libertins, les affreuses cruautés, par lesquelles de Sade les stimule. » Le roman s'articule sur de nombreuses relations incestueuses. L'auteur a voulu faire de son ouvrage un « Erotikon », propre à rallumer les passions éteintes, sans verser dans la cruauté du marquis de Sade : « Pour remplacer la Justine et faire préférer L’Anti-Justine, il faut que celle-ci surpasse l'autre en volupté autant qu'elle lui cède en cruauté… » L’Anti-Justine, tel qu'il a été édité, est inachevé, mais le manuscrit original devait avoir une longueur double ou triple de ce que nous connaissons aujourd'hui. En effet, Restif commença l'impression du roman en mars-avril 1798, mais fut nommé sous-chef de bureau dans les services de la police vers mai de cette année, ce qui l'incita très certainement à la prudence. Il semble ainsi que seuls quatre exemplaires (conservés à la Bibliothèque nationale de France, le plus complet s'achevant en milieu de phrase, au début d'une seconde partie alors que sept ou huit sont annoncées) aient jamais été imprimés, rien n'indique qu'il y en eut d'autres. L'œuvre, tombée dans l'oubli, ne refit véritablement surface que dans les années 1860. Si Restif abhorrait Sade, Sade détestait de même Restif ; ainsi, le marquis écrit à sa femme, en 1783, alors qu'il est incarcéré à Vincennes : « Surtout n'achetez rien de ce Restif, au nom de Dieu ! C'est un auteur de Pont-Neuf et de Bibliothèque bleue, dont il est inouï que vous ayez imaginé de m'envoyer quelque chose.» (source : Wikipédia).


Références : Dutel, Bibliographie des ouvrages érotiques publiés clandestinement en français entre 1920 et 1970, n°1024 ; Pia, Les Livres de l'Enfer, 71

BEL EXEMPLAIRE BIEN RELIÉ A L’ÉPOQUE, AVEC LES AQUATINTES EN NOIR.
  
Prix : 950 euros

mardi 12 juin 2018

Restif de la Bretonne. La duchesse ou la femme sylphide. 20 superbes eaux-fortes en couleurs par un artiste resté inconnu (1948). Un des 190 exemplaires sur Lana. Superbe et rare illustré érotique clandestin. Reliure plein maroquin de l'époque.


RESTIF DE LA BRETONNE, Nicolas Edme (RETIF DE LA BRETONNE).

LA DUCHESSE OU LA FEMME SYLPHIDE par Restif de la Bretonne, illustré d'eaux-fortes en couleurs.

Aux dépens de quelques bibliophiles, s.d. (1948)

1 volume in-4 (28 x 23 cm), 125-(2) pages, 19 eaux-fortes en couleurs hors-texte et 1 eau-forte à mi-page dans le texte. Fleuron priapique en couleurs sur la page de titre imprimée en 3 couleurs. Complet, parfait état intérieur. Papier de qualité, très épais. Superbe tirage des eaux-fortes en couleurs.

Reliure de l'époque plein maroquin caramel beurre salé, dos à nerfs, auteur et titre dorés,  filet à froid sur les plats, doublure et garde de papier marbré fait main, tête dorée, non rogné, relié sur brochure, couverture conservée. Excellent état. Léger frottement sur un nerf.

TIRAGE A 240 EXEMPLAIRES SEULEMENT.

CELUI-CI, UN DES 190 EXEMPLAIRES SUR PAPIER LANA CHIFFON AVEC L’ÉTAT DÉFINITIF DES 20 EAUX-FORTES EN COULEURS.


Références : Dutel, Bibliographie des ouvrages érotiques publiés clandestinement en français entre 1920 et 1970, n°1441 ; inconnu de Pia ; aucun exemplaire au CCfr (Bibliothèque nationale de France et autres bibliothèques de France) ; absent de l'Enfer donc ...

"Une femme doit avoir l'air sylphide : un soulier plat lui donne l'air matériel ; au lieu qu'un talon haut l'empêche de toucher la terre en quelque sorte et en fait une créature céleste [...] Parmi nous, les Duchesses s'en tiennent presque toutes à ce dernier privilège : elles font les Sylphides chez elles, vont quelquefois se montrer à la Cour, s'enorgueillissent d'un sourire, d'un regard de la souveraine, et reviennent dans leur palais faire le même rôle qu'elles ont vu faire à leur égard. [...]" (Rétif de la Bretonne)


La Femme-Sylphide ou Femme-Sylfide est une nouvelle tirée des Contemporaines de Rétif de la Bretonne parues pour la première fois en 1783. La première édition séparée de ce texte date de 1946 seulement (Paris, Librairie Lefrançois, 1946). Cette première édition séparée, de petit format, est ornée d'un frontispice et d'une planche hors-texte de Marcel Jean.


L'édition de 1948 (date fournie par Dutel) que nous proposons ici est peu connue et Dutel ne donne aucun nom d'illustrateur pour cette superbe suite de 20 eaux-fortes en couleurs. Personne ne semble d'ailleurs s'être risqué à en donner un. Il s'agit pourtant d'un grand artiste au trait sûr et délicat.


BEL EXEMPLAIRE DE CE SUPERBE ET RARE LIVRE ÉROTIQUE CLANDESTIN ILLUSTRÉ.

TRÈS RARE EN PLEINE RELIURE.

Prix : 2.200 euros


lundi 11 juin 2018

Tapuscrit original anonyme érotique (vers 1960-1965). Les six premières nuits de noces par Madame de M...... Exemplaire unique. Bel exemplaire.


Anonyme. [Madame de M.....].

Les six premières nuits de noces par Madame de M.....

s.l.n.d. [vers 1960-1965].

1 fascicule in-12 (16 x 12,2 cm), cousu, 6 feuillets dont 1 feuillet de titre, 4 feuillets de texte, 1 feuillet blanc. Tapuscrit original en noir avec titres en rouge. Couverture muette de papier beige. Papier d'Ingres jaune.



Une jeune mariée élevée chez les sœurs raconte (à une amie) ses 6 premières nuits après la noce. La première nuit et les craintes du dépucelage. La deuxième nuit en "Gamin". La troisième nuit fut "Minette". La quatrième nuit ou "la Plume". La cinquième nuit ou le "69". La sixième nuit je vous laisse deviner.

Ce petit livret qui se lit en moins de 5 minutes mérite toute l'attention des bibliophiles. Exemplaire unique dont nous n'avons trouvé trace du texte nulle part. Ce texte rythmé et bien écrit laisse au lecteur attentif, à peine le temps de s'en remettre ...



Pièce unique. Parfait état.

VENDU



samedi 9 juin 2018

Calendrier érotique pour l'année 1905. 12 photographies 10 x 6,5 cm de dessins érotiques (vers 1920/1930). Complet. Très bon état. Rare.


Anonnyme [Lubin de Beauvais ?].

Calendrier érotique pour l'année 1905. [Photographies de dessins]

Vers 1920/1930 ?

12 photographies 10 x 6,5 cm avec bords blancs crantés.



Nous ne savons rien de ce calendrier dont nous possédons également une suite des dessins originaux avec variantes par rapport à cette série de photographies (le dessin pour le mois d'avril est complètement différent par ailleurs).

Très bon état de ce calendrier vendu sous le manteau.

Rare.

Prix : 350 euros


mardi 29 mai 2018

Edmond Haraucourt. La Légende des Sexes du Sire de Chambley (1883). Contrefaçon bruxelloise (Kistemaeckers) de l'édition originale, imprimée à 200 exemplaires. Belle demi-reliure anglaise en maroquin de l'époque. Exemplaire en parfait état. Tirage photographique de l'époque ajouté en frontispice (nu féminin).


LE SIRE DE CHAMBLEY (Edmond H...) [Edmond HARAUCOURT]

LA LÉGENDE DES SEXES. POÈMES HYSTÉRIQUES.

Imprimé à Bruxelles pour l'auteur. 1882 (date sur la couverture et le titre). Achevé d'imprimer le 15 avril 1883 (colophon).

1 volume in-8 (23,5 x 15 cm - Hauteur des marges : 227 mm) de 147-(1) pages.

Reliure de l'époque demi-maroquin chocolat avec coins, dos à nerfs, fleurons à froid dans les entre-nerfs, plats de toile chagrinée marron, doublure de papier blanc (montage sur charnières), non rogné (relié sur brochure). Couvertures conservées. Texte imprimé sur papier vergé d'Arches (reliure anglaise). Excellent état de conservation, proche du neuf. Intérieur parfait, sans la moindre rousseur.


Au verso du titre on lit, imprimé : "Cet ouvrage a été tiré à deux cents exemplaires, non mis dans le commerce."

Edition publiée en 1883 à Bruxelles par Kistemaeckers. Il s'agit de la contrefaçon de l'édition originale dont se plaint Haraucourt. (Dutel).

On distingue cette édition du fait de la mention du tirage "à deux cents exemplaires", qu'elle n'est pas signée par Haraucourt ni numérotée, bien évidemment, et surtout parce que le papier employé est un superbe vergé d'Arches très blanc bien plus joli que celui l'édition originale donnée par Haraucourt et imprimée à Nevers sur un papier vergé teinté qui a le plus souvent mal vieilli.


Notre exemplaire est enrichi d'un tirage photographique ancien (vers 1880), femme nue, ne portant pour tout habit qu'un joli chapeau large et fleuri, en train de couper les blés dans un champs à l'aide d'une faucille. (contrecollé en regard du titre - verso du faux-titre - 144 x 102 mm. (papier albuminé). Très bonne épreuve.

Référence : Dutel, Bibliographie des ouvrages érotiques publiés clandestinement en français entre 1650 et 1880, n°444 bis (addenda au tome 2, 1880-1920).


La Légende des Sexes est le premier ouvrage de l'auteur. Haraucourt a 26 ans lorsqu'il publie de manière confidentielle à 212 exemplaires seulement (il existe plusieurs contrefaçons publiées ensuite) ces poèmes hystériques, véritable "épopée du bas-ventre". "Donc, dans le coït, rien ; à côté, rien. Avons-nous essayé les premiers la force contractile du sphincter anal ? (...) Avons-nous inventé le travail des langues, et le baiser adultère des taureaux ou des cygnes ? Rien ! nous n'avons rient fait, et nous ne ferons rien ! Il ne nous reste qu'un espoir, qu'un rêve irréalisé encore : l'application de l'envahissante électricité au travail voluptueux de nos sens. Et même doutons-nous, misérables que nous sommes, dans notre espérance dernière : car peut-être l'amour et le désir ne sont-ils que ces phénomènes dynamo-électriques , nos sexes, des accumulateurs ou des piles chargés de voltes et d'ampères, et desquels jaillit, par l'approche d'un pôle contraire, la resplendissante électricité de l'amour. (...)" (extrait de la Préface).


Élaboré en contre pied de la Légende des Siècles du grand Hugo, ce livre eut le succès du soufre. Du coït des atomes en passant par le Sonnet pointu ou le Sonnet honteux, ce volume composé de 39 poèmes est une aventure textuelle au pays des libertés curieuses. Plus tard (assez rapidement en fait), Haraucourt, afin de ménager sa carrière professionnelle, reniera cet ouvrage de jeunesse pour lequel cependant on se souvient encore de lui aujourd'hui.


Sonnet honteux

L'anus profond de Dieu s'ouvre sur le Néant,
Et, noir, s'épanouit sous la garde d'un ange.
Assis au bord des cieux qui chantent sa louange,
Dieu fait l'homme, excrément de son ventre géant.
Pleins d'espoir, nous roulons vers le sphincter béant
Notre bol primitif de lumière et de fange ;
Et, las de triturer l'indigeste mélange,
Le Créateur pensif nous pousse en maugréant.
Et un autre…



Sonnet pointu


Reviens sur moi ! Je sens ton amour qui se dresse ;
Viens, j'ouvre mon désir au tien, mon jeune amant.
Là... Tiens... Doucement... Va plus doucement...
Je sens, tout au fond, ta chair qui me presse.
Rythme bien ton ardente caresse
Au gré de mon balancements,
O mon âme... Lentement,
Prolongeons l'instant d'ivresse.
Là... Vite !
Plus longtemps !
Je fonds ! Attends,
Oui, je t'adore...
Va ! va ! va !
Encore.
Ha !



La jeune

J'ai rêvé d'une vierge impécable, aux yeux froids,
Qui d'un bond, émergeant des moiteurs de sa couche,
Vient accrocher le poids de son corps à ma bouche
Et pointe sur mon coeur le roc de ses seins droits.
Longtemps, pieuse et chaste, elle a porté la croix
De l'orgueil vertueux que nul désir ne touche ;
Mais voilà que le rut s'est éveillé, farouche,
Et la chair en révolte a réclamé ses droits...
Elle plaque à ma peau la peau d'un ventre ferme,
Et furieusement crispée, elle m'enferme
Dans l'effort ingénu de sa lubricité.
Ses canines d'enfant mordent ma chair de mâle...
A moi, toute ! Et la fleur de sa nubilité,
Pourpre, s'épanouit sous l'onde baptismale.


Rare et belle contrefaçon (la plus ancienne et la plus belle de celles qui ont paru).

Très bel exemplaire parfaitement établi.

Prix : 1.200 euros


lundi 28 mai 2018

Pierre Mac-Orlan. Petites Cousines, illustrées par Léon Courbouleix (1933). Superbe livre érotique clandestin illustré par un artiste maître dans le genre. Bel exemplaire dans une reliure moderne de qualité.


ANONYME [Pierre MAC ORLAN] [Illustrations par Léon COURBOULEIX]

PETITES COUSINES. Souvenirs érotiques d'un homme de qualité touchant les jolies petites cousines ... les bonnes à tout faire ... les femmes du monde et les belles filles de province.

Aux dépens d'un amateur et pour ses amis, s.d. [Paris, Paul Cotinaud, vers 1933]

1 volume in-8 (26 x 20,5cm), 112 pp., 1 f., 10 illustrations érotiques hors-texte en couleurs et dans le texte imprimées en rose (au trait).

Reliure bradel plein papier moderne signé ElSA RAMBOUR (papier japonais fleuri, semé de fleurettes roses/rouges sur vagues dorées). Dos muet. Reliure en parfait état. Intérieur frais malgré quelques rousseurs et d'inévitables décharges (bien normal quand on y pense...) des gravures sur les pages en vis-à-vis.

ÉDITION BIBLIOPHILIQUE IMPRIMÉE A SEULEMENT 270 EXEMPLAIRES.

CELUI-CI, UN DES 250 EXEMPLAIRES SUR VÉLIN D'ARCHES.


Le détail du tirage de cette édition est le suivant : 1 exemplaire unique sur Japon blanc nacré comprenant avec l'état définitif en couleurs des dix eaux-fortes : une suite en sanguine, une suite en noir avec remarques, un cuivre et les dix dessins originaux. 9 exemplaires sur Japon Impérial comprenant avec l'état définitif en couleurs des dix eaux-fortes : une suite en noir avec remarques, un cuivre et un dessin de l'artiste. 250 exemplaires sur vélin d'Arches, avec l'état définitif en couleurs des dix eaux-fortes. Il a été tiré en outre 10 exemplaires d'artiste, sur différents papiers, numérotés I à X.

Superbe tirage des eaux-fortes, joliment coloriées à la poupée.



Le texte, très libre, est à la hauteur de l'illustration.

"Ma soeur était en chemise. Je voyais ses cuisses nues, son ventre nu, mais non sa fente, car la main de la servante la cachait. De même, Marie-Louise était retroussée jusqu'au nombril et, comme elle ne portait pas de pantalons, je pus apercevoir distinctement la fente rose de sa vulve et le massif de poils blonds qui garnissait la jolie motte. Je n'avais jamais vu le sexe d'une femme, et la toison fauve me stupéfia plus que je ne saurais l'exprimer. Marie-Louise prit la main de Marcelle et la dirigea sur sa fente très épanouie. La cochonne se fit branler et elle branla Marcelle. [...]" (extrait)

Référence : Dutel, Bibliographie des ouvrages érotiques publiés clandestinement en français entre 1920 et 1970, n°2178 "Il s'agit d'une réédition d'un texte érotique de Pierre Mac Orlan publié pour la première fois en 1919."


BEL EXEMPLAIRE DE CE SUPERBE LIVRE ÉROTIQUE ILLUSTRÉ RARE.

VENDU




Liens vers d'autres livres

Related Posts with Thumbnails