lundi 7 octobre 2019

[érotisme antique]. Suite de 15 lithographies érotiques tirées en bistre avec remarques. Rare. Curiosa Erotica.


Anonyme.

[érotisme antique]. Suite de 15 lithographies érotiques tirées en bistre avec remarques.

vers 1935/1945 ?

Format 24 x 19 cm tirées sur papier d'Arches. 2 lithographies sont de format 21 x 15 cm environ et contrecollées sur papier de même format que l'ensemble de la suite. Chaque lithographie est protégée par un papier pelure.

Tirage à très petit nombre.





Voici une jolie suite de 15 lithographies tirées en bistre. Cette suite très explicite résiste à nos recherches. Nous ne trouvons pas d'illustrations similaires dans Dutel. Il semble qu'il faille chercher du côté d'un texte de la Grèce antique (Egypte ?) au vu des costumes et des décors. Notre ensemble est tiré en bistre avec remarques, ce qui indiquerait qu'il s'agit d'une suite supplémentaire pour quelque tirage de luxe d'un beau livre illustré dont nous n'avons pas retrouvé la trace.






Bel ensemble en très bon état.

Prix : 450 euros

mercredi 2 octobre 2019

Pierre Louÿs. Marcel Stobbaerts. PIBRAC. Suite de 20 aquarelles au pochoir et au pinceau pour la première édition de "Paris" (vers 1930). Très rare. Tirage à 250 exemplaires seulement.


P. L. [Pierre Louÿs]. Marcel Stobbaerts.

PIBRAC. [suite complète des 20 aquarelles par Marcel Stobbaerts pour Pibrac de Pierre Louÿs]

Paris, s.d. (vers 1930)

20 feuillets 20 x 15 cm, vélin crème (papier filigrané PAPETERIES LAFUMA VOIRON). Coloris au pochoir et au pinceau à la main.

Premier tirage de cette suite rare tirée à 250 exemplaires seulement pour l'édition dite de "Paris" (vers 1930).

Le coloris et la précision de la mise en couleurs sont superbes.




Deux autres éditions de ce même texte de Pierre Louÿs verront le jour avec seulement 12 de ces illustrations (remaniés) et dans un coloris simplifié et plus fade (Dutel n°2196 et 2197). On trouve ordinairement la suite de 12 pochoirs de l'édition de 1939. Celle-ci est sans conteste la plus belle, la plus rare, et la plus digne d'être recherchée.




Qui était Marcel Stobbaerts ? Comme son patronyme l'indique Marcel Stobbaerts était belge. Il est né en 1899 et mort en 1979. Il était originaire de Forest, commune au sud ouest non loin de Bruxelles, au sud d'Anderlecht. A vrai dire on ne sait pas grand chose de lui. On sait qu'il remporte le prix de la jeune peinture belge en 1924. Il sera tour à tour illustrateur, aquarelliste et graveur, ami proche d’Hergé, le père de Tintin. Certaines de ses huiles sur toile atteignent des prix non négligeables dans le parnasse commercial de l'art aux enchères (11.000 euros pour une toile "Scène de cabaret à Anvers" datant de 1925 et mesurant 82 x 62 cm). Néanmoins il obtient beaucoup moins (prix galerie) pour un bouquet de fleurs mortes (ou presque), 1.300 euros seulement. Il a donné aussi de nombreuses eaux-fortes. Dans le domaine érotique, nous avons trouvé de lui, dans la période Art Déco, 1925-1930, des scènes d'intérieur de cabaret ou plutôt de tripots à filles d'Anvers et autres endroits louches de la Belgique. Les scènes où sont présentes les filles de joie ne sont pas rares dans son oeuvre dessinée. Dans le domaine du livre on lui doit quelques frontispices, notamment un superbe d'inspiration cubiste pour Les enfants du malheur de Francis Carco (Maastricht, chez Stols, 1930) dans lequel on pourrait retrouver le travail des lignes abruptes de Jean-Emile Laboureur. Il donne un frontispice gravé sur bois pour Les notes d'un exilé de Léon Daudet (1929). A notre connaissance cependant, ce Pibrac de Louÿs semble être la seule incursion de Marcel Stobbaerts dans le domaine du livre illustré érotique clandestin. Les lignes encore cubistes de cette suite de 20 très jolies aquarelles sont typiques d'une époque (1930) qui sera vite révolue. D'ailleurs il est intéressant de noter que les curiosa clandestins illustrés typiquement Art Déco sont assez rares. On aurait certainement du mal à en trouver plus d'une dizaine. A propos de cette suite lire notre article : De l'art ou du cochon ? non ! de l'Art Déco ! suite de 20 aquarelles érotiques par Marcel Stobbaerts (peintre et artiste belge) pour le Pibrac de Pierre Louÿs (vers 1930).

On joint à la suite des aquarelles le corpus du volume de l'édition, débroché, à relier. Les deux plats de couverture conservés en bon état mais avec marge réduite. 

Référence : Dutel, Bibliographie des ouvrages érotiques publiés clandestinement en français entre 1920 et 1970, n°2195.


Superbe et rare suite érotique pour l'un des classiques de Pierre Louÿs.

Prix : 800 euros

jeudi 26 septembre 2019

Pierre Louÿs. Histoire du roi Gonzalve et des douze princesses (1935). 6 superbes eaux-fortes de Paul-Emile Bécat mises en couleurs. Rare tirage pour cet superbe illustré clandestin.



Pierre LOUYS / Paul-Emile BÉCAT illustrateur

Histoire du roi Gonzalve et des douze princesses.

Liège, Aux dépens d'un dilettante, 1935

1 volume in-4 (24,5 x 19,5 cm), en feuilles, couverture muette (protégée par son papier cristal d'origine), sans emboîtage. 80 pages et 6 eaux-fortes hors-texte mises en couleurs. Texte encadré d'un filet bleu. Parfait état.

Référence : Dutel, Bibliographie des ouvrages érotiques publiés clandestinement en français entre 1920 et 1970, n°1706.



Nouvelle édition illustrée par 6 délicates eaux-fortes de Paul-Emile Bécat, ici en couleurs.

Tirage à 171 exemplaires seulement.

Celui-ci, un des 110 exemplaires sur vélin blanc d'après le numéro de la justification, mais en réalité un des 35 exemplaires comportant l'état en couleurs des gravures.



Ce petit roman libre de Pierre Louÿs est resté inachevé et a été publié pour la première fois en 1927 par René Bonnel (non illustré). Ce texte se trouvait parmi les papiers personnels de Pierre Louÿs vendus en lot au libraire Edmond Bernard par sa veuve.



" - Ecoute. J'ai cinq cons. Le premier est ma bouche qui voulut cette nuit se remplir de foutre. Le second est fort velu, sous mon bras droit, regarde : je ne te l'offrirai pas aujourd'hui, ni le troisième que voici, qui est mon aisselle gauche, mais je sais les moyens de les rendre aussi doux que ma bouche elle-même. Le quatrième con est entre mes fesses. Le verras-tu cette nuit ? le dépucelleras-tu ? peut-être oui, peut-être non. Et le cinquième est celui sur lequel je suis couchée. [...] - De mes trois plus jeunes soeurs, je ne suis pas amoureuse, et, comme les petites filles aiment tout ce qui est sale, c'est à elles que j'accorde, quand elles sont sages, le droit d'enfoncer la langue dans le derrière. A la langue de ma favorite je donne mon vrai con et chaque soir nous doutons s'il m'est plus agréable de jouir pour elle ou si entre me cuisses elle a plus de plaisir à savourer le foutre qu'elle tire de moi. [...]" (extrait).

Le texte très libre est de la pire espèce d'un Pierre Louÿs obscène au possible, le tout servit par une illustration magistrale attribuée au délicat Paul-Emile Bécat. La mise en couleurs à la main des eaux-fortes rehausse encore ici le côté grandiose de l'ensemble.



Parfait exemplaire tel que paru de ce superbe curiosa illustré de mains de maître.

Prix : 800 euros


mardi 10 septembre 2019

Edmond Dumoulin. L'Odyssée d'un Pantalon. Par E. D., auteur de mes étapes amoureuses. (1889). Rare. Bel exemplaire bien relié anciennement. "Un pantalon féminin, tout garni de dentelles et de rubans, raconte fidèlement les scènes intimes et combien suggestives auxquelles il a assisté."


E. D. [Edmond Dumoulin]

L'Odyssée d'un Pantalon. Par E. D., auteur de mes étapes amoureuses.

Paris, Aux dépens de la Compagnie, 1889 [i.e. 1890, Rotterdam, Bergé, 1890]

1 volume petit in-8 (18,5 x 12,5 cm) de 155 pages.

Reliure légèrement postérieure (vers 1910/1920) demi-chagrin noir à larges coins, dos à nerfs janséniste, tête dorée. Quelques frottements à la reliure qui reste très fraîche. Intérieur complet, en bon état, malgré quelques légères salissures et petites déchirures marginales sans manque.

Edition publiée à Rotterdam par Bergé au début des années 1890 d'après Dutel (n°624). La première édition de ce texte érotique explicite date de 1889 et a été publiée à Amsterdam par A. Brancart et probablement imprimée par F. Avonstond. Une deuxième édition parait également sous la date de 1889, à Paris, à cette date de 1889, par les soins d'Henriette Doucé.

Les initiales E. D. sont celles d'Edmond Dumoulin.

"Un pantalon féminin, tout garni de dentelles et de rubans, raconte fidèlement les scènes intimes et combien suggestives auxquelles il a assisté." (Dutel)

"Les ouvrages signés E.D sont devenus très rares" (Jean-Jacques Pauvert).

Références : Dutel, Bibliographie des ouvrages érotiques publiés clandestinement en français entre 1880 et 1920, n°624 ; Perceau, 81, 3 ; Pia, Les Livres de l'Enfer, 932.

Bel exemplaire bien relié anciennement de ce livre rare.

Prix : 350 euros


Comte de Caylus. Histoire de Monsieur Guillaume, cocher (1936). 16 eaux-fortes en couleurs par Schem (Raoul Serres). Bel exemplaire. Tirage à 515 exemplaires.


Comte de CAYLUS

HISTOIRE DE MONSIEUR GUILLAUME, COCHER. Illustrée d'eaux-fortes originales par SCHEM.

La Tradition, Paris, 1936

1 volume in-4 (24,5 x 19,5 cm), broché, couverture en suédine bleue de l'éditeur. Sans emboîtage. Très frais.

ÉDITION DE BIBLIOPHILES TIRÉE A 515 EXEMPLAIRES TOUS SUR VÉLIN D'ARCHES.

CELUI-CI, UN DES 450 EXEMPLAIRES NUMÉROTÉS AVEC L'ETAT DEFINITIF DES ESTAMPES.

16 EAUX-FORTES EN COULEURS PAR SCHEM (RAOUL SERRES).


Raoul Serres (1881-1971) signait ses œuvres érotiques du pseudonyme Schem. Son illustration à caractère pornographique des œuvres du Marquis de Sade fait scandale en 1936, il adopte alors le pseudonyme « Schem » pour ses dessins licencieux. Les œuvres de cet artiste au trait très assuré et imaginatif sont aujourd'hui très recherchées. L'illustration de l'Histoire de Monsieur Guillaume, cocher, est teintée d'un érotisme léger, galant parfaitement imité du XVIIIe sièce. A noter que les remarques de la suite en noir sont une vision transposée à l'époque moderne ... (ce qui ne manque pas de piquant).






L'auteur de l'Histoire de Monsieur Guillaume cocher est l'oeuvre de Anne-Claude-Philippe de Tubières de Grimoard de Pestels de Lévis de Caylus, marquis d'Esternay, baron de Branzac, dit Anne-Claude de Pestels, ou le comte de Caylus, né à Paris le 31 octobre 1692 et mort le 5 septembre 1765, est un « archéologue », antiquaire, homme de lettres et graveur français. Il est l’auteur de nombreux contes érotiques, dont l’inspiration lui vint certainement de la fréquentation des milieux louches du Paris de l’époque. Ces contes, parmi lesquels Histoire de Mr. Guillaume, cocher datée de 1730, furent rassemblés dans plusieurs éditions, dont Œuvres badines complètes en 1757.

TRÈS BON EXEMPLAIRE TEL QUE PARU.

Prix : 245 euros


mardi 27 août 2019

Alexis Piron. Ode à Priape (vers 1930). Jolie plaquette artistique. Un des cinq exemplaires sur Japon bois de rose. Très rare.


Alexis Piron. Sade (illustrateur).

Ode à Priape.

Londres, au berceau de Vénus, 1792 [vers 1930].

1 plaquette grand in-8 (26 x 17,5 cm), en feuilles, 1 feuillet de justification du tirage, 3 titres + 12 pages non chiffrées + 1 frontispice aquarellé. Parfait état.

Tirage à 220 exemplaires.

Celui-ci, un des 5 exemplaires sur Japon L. M. bois de rose, contenant trois couvertures différentes et un frontispice libre en couleurs (rehaussé à l'aquarelle) gravure originale de Sade.



Jolie plaquette clandestine publiée probablement aux environs de 1930. Le texte est imprimé en noir et encadré de deux colonnes antiques avec angelots et faune jouant de la flûte (encadrement répété à chaque page). Le frontispice est sur Japon vert.

Alexis Piron (1689-1773) était de ces "bourguignons salés". Tout à la fois poète, chansonnier, et auteur dramatique, ce fut un avocat au Parlement de Bourgogne qui ne plaida jamais. C'est vers l'âge de 20 ans en 1710, qu'il composa l'Ode à Priape. Priape, dieu Grec, doté d'un énorme sexe toujours en érection, sert de prétexte à ces poésies licencieuses très osées. Piron fut menacé de poursuites dans sa bonne ville de Dijon, mais Piron continua d'écrire. Il peut être considéré comme le maître de l'épigramme et le Parangon du trait d'esprit.



[...] Que tout bande !! que tout s’embrase Accourez, putains et ribauds ! Que vois-je ? où suis-je ? ô douce extase ! Les cieux n’ont point d’objets si beaux : Des couilles en bloc arrondies, Des cuisses fermes et bondies, Des bataillons de vits bandés, Des culs ronds, sans poils et sans crottes, Des cons, des tétons et des mottes, D’un torrent de foutre inondés. Restez, adorables images ! Restez à jamais sous mes yeux ! Soyez l’objet de mes hommages, Mes législateurs et mes dieux. Qu’à Priape, on élève un temple Où jour et nuit l’on vous contemple, Au gré des vigoureux fouteurs : Le foutre y servira d’offrandes, Les poils de couilles, de guirlandes, Les vits, de sacrificateurs. [...] (extrait de l'Ode à Priape)



Référence : inconnu à Dutel, Bibliographie des ouvrages érotiques publiés clandestinement en français entre 1920 et 1970.

Bel exemplaire, tel que paru, de ce clandestin rare. Ici sur Japon (5 exemplaires).

VENDU

vendredi 23 août 2019

Tapuscrit original érotique. Le retour de Sylvie. 1950 ? 1960 ? Inédit et travail d'amateur ? Pièce unique.


Anonyme.

Le retour de Sylvie. [tapuscrit original].

S.l.n.d. (vers 1950 ? 1960 ?)

24 feuillets 27 x 20 cm dactylographiés au recto seulement, retenus ensemble par une réglette en plastique noir (style mémoire scolaire). Au verso blanc de certains feuillets il a été contrecollé un dessin original au trait sur calque (9 dessins d'amateur non signés). Salissures éparses. Un feuillet taché. Un dessin original est détaché.



Ce texte est inconnu des bibliographies spécialisées. Aucun ouvrage publié ne correspond à ce tapuscrit probablement resté inédit. Par qui a-t-il été écrit ? Les dessins originaux semblent d'un amateur (peut-être des copies ou recopies d'autres dessins publiés).


L'intrigue se passe au sein d'une pension pour jeunes filles du monde. Sylvie, élevée aux frais d'un oncle, a des relations au sein de cette pension avec une des ses compagnes. Elle se fait renvoyer. Prise en stop sur la route, de nouvelles aventures libertines commencent alors pour Sylvie ...



Curiosité curiosa certainement unica

Prix : 350 euros




jeudi 15 août 2019

Johannes Gros. Moi, Poupée (1930). Clandestin érotique publié par Maurice Duflou et illustré de 9 superbes eaux-fortes libres attribuées à P. Belotti. Un des quelques exemplaires avec les gravures aquarellées à l'époque. Bel exemplaire bien relié à l'époque. Rareté parmi les raretés !


[Johannes GROS, aussi un temps attribué à Renée DUNAN] - P. BELOTTI, illustrateur (?)


MOI, POUPÉE. Texte et eaux-fortes d'une Jeune fille à la page.

A l'enseigne "des petites vertus", s.d. (1930). [Maurice Duflou, Darantière imprimeur]

1 volume in-8 (19,5 x 15 cm) de 255-(1) pages. 1 eau-forte en frontispice et 8 eaux-fortes hors-texte aquarellées à la main à l'époque.

Reliure demi-maroquin vieux rouge à larges coins, dos à nerfs, tête poncée, autres tranches non rognées, couverture de papier gris-bleu imprimée en rose-rouge sur le premier plat (titre et fleuron) conservée (les deux plats). Belle reliure que qualité parfaitement conservée. Intérieur très frais, sans rousseurs.


Édition originale clandestine.

Tirage annoncé à 400 exemplaires (sans doute moins en réalité).

Celui-ci, un des 350 exemplaires sur vergé antique (numéroté au composteur) MAIS qui contient la suite des 9 eaux-fortes mises en couleurs à l'époque (aquarelle) et non en noir et blanc comme on trouve généralement pour les exemplaires sur vergé.

Ouvrage publié clandestinement par Maurice Duflou et réservé aux seuls souscripteurs et non mis dans le commerce. Volume annoncé achevé d'imprimer le 20 octobre 1930 (sans doute chez Darantière à Dijon).


Dutel, dans sa Bibliographie des ouvrages érotiques publiés clandestinement en français entre 1920 et 1970 indique Johannes Gros comme auteur de cet "excellent texte" publié "vers 1930". On trouve également le nom de Renée Dunan adjoint parfois à cet ouvrage sous le pseudonyme de SpaddyC'est Jean-Jacques Pauvert, dans la présentation de la réédition récente aux éditions La Musardine, qui donne les explications les plus complètes au sujet de ce livre : "Voici encore une découverte. Découverte d'un livre pratiquement inconnu, infiniment rare, qui ne figure sans aucune bibliographie spécialisée (Dutel désormais), à part l'excellent Private Case de Patrick J. Kearney, ni dans aucune (à notre connaissance) bibliothèque publique. On ne le trouve que dans de rares collections privées. Il est mentionné chez Alexandrian, sans aucun commentaire. Le livre fut publié (clandestinement, cela va sans dire) chez Maurice Duflou. Sa typographie est très reconnaissable. De même que son auteur, dont le style est également très personnel, est incontestablement Johannès Gros, comme l'appelle Alexandrian, ou Jean Gros, comme chez Patrick Kearney... A ce sujet, Patrick J. Kearney, apporte une confirmation intéressante à Alexandrian, page 198 de son Private Case, à la mention de Moi, Poupée, il écrit : "Dans une liste de livres offerts à la vente en 1977 par le collectionneur M. Alain Kahn-Sriber de Paris, il est énoncé que le pseudonyme "Spaddy" cache l'identité de Renée Dunan. Mon attribution à Jean Gros est prise du catalogue manuscrit de la collection C.R. Dawes, dans lequel M. Daves sous-entend qu'il a connu l'auteur de ces livres." Il est probable qu'Alain Kahn-Sriber, collectionneur averti, mais nullement bibliographe, s'était contenté de recopier ce que beaucoup croyaient à l'époque... Les témoignages d'Alexandrian et de C.R. Dawes sont beaucoup plus probants. Nous avons dit de Johannès Gros ou Jean Gros tout ce qu'on peut en dire. C'est-à-dire à peu près tout ce que l'on sait. Alexandrian, pour qui Johannès Gros est "l'héritier spirituel d'Andréa de Nerciat au XXe siècle", écrit très justement à son sujet que "[sa] perversité exaspérée, [son] style à la fois précieux et cru sont peu communs." Car "l'auteur se plait justement au contraste du maniérisme et de l'obscénité dans les propos et les actions de ses personnages.", et "Associant toujours le vice au luxe, se plaisant à imaginer des mondaines ravissantes se conduisant salement, Johannès Gros est le chantre de la beauté polluée qui sort intacte de ses souillures." Dans Moi, Poupée, on peut dire que Gros pousse à son maximum la volupté de se rêver dans les dentelles, les frous-frous et les robes soulevées à la moindre occasion d'une jolie mondaine, jusqu'à s'imaginer en être véritablement une, ce qui semble avoir été sa principale obsession. Nul doute, qu'il se trouvera beaucoup de lecteurs pour partager ce fantasme." (Jean-Jacques Pauvert, Préface à Moi, Poupée, ed. La Musardine, 2012).


Exemplaire bien complet des 9 eaux-fortes ici finement aquarellées.

Ni Dutel (qui les cite simplement) ni les autres bibliographes (Alexandrian, Pauvert, Kearney) n'évoquent les illustrations qui ornent ce volume. Nous croyons reconnaître pour auteur de ces jolies eaux-fortes libres P. BELOTTI qui illustra à la même époque plusieurs ouvrages érotiques publiés clandestinement (Jacinthe ou les images du péché).


Références : Dutel, Bibliographie des ouvrages érotiques publiés clandestinement en français entre 1920 et 1970, n°2003. Dutel précise que les gravures aquarellées se trouvent dans les exemplaires sur pur fil Lafuma (limité à 50 exemplaires donc). Dans le cas de notre volume, le texte est bien sur vergé antique et les gravures en couleurs. Volume qui manque aux principales collections de livres érotiques clandestins (Nordmann, etc). Le dernier exemplaire que nous avons croisé (broché, avec les gravures en noir) remonte à 2014.


Superbe clandestin illustré de la plus grande rareté, d'autant plus avec les gravures aquarellées et bien relié.






Curiosa de choix devenu introuvable dans cette condition.

Prix : 2.200 euros


Liens vers d'autres livres

Related Posts with Thumbnails