lundi 6 juillet 2015

Croisière amoureuse par Claude de Launies (pseudonyme), édition Maurice Duflou, 12 illustrations libres en couleurs. Tirage à 352 ex. Rare.



Claude de LAUNIES

CROISIÈRE AMOUREUSE.

New-York-Paris [Paris], sous le signe du Grand Ecart [Maurice Duflou], s.d. [vers 1937]

1 volume petit in-4 (21,5 x 15 cm), broché, couverture rempliée muette moderne de papier vergé de couleur crème pâtissière, 2 feuillets, 152 pages et 2 feuillets. 12 illustrations libres (photogravures) en couleurs et nombreux ornements libres tirés en bistre (bandeau, culs de lampes). Exemplaire frais.

TIRAGE A 352 EXEMPLAIRES.

CELUI-CI, 1 DES 350 EXEMPLAIRES SUR VÉLIN PUR FIL.


Le détail du tirage est le suivant : 350 ex. sur vélin pur fil et 2 ex. sur papier Ingres teinté.

Référence : Dutel, Bibliographie des ouvrages érotiques publiés clandestinement en français entre 1920 et 1970, n°1317. Dutel indique que les culs-de-lampe ont été dessinés par Louis Berthommé Saint-André. Pas dans Pia, Les Livres de l'enfer.

Ce rare ouvrage érotique est à rapprocher, par la "façon", de deux ouvrages également publiés par Maurice Duflou : Colette ou les Amusements du bon ton (vers 1937 également) et Une Jeune fille à la page (vers 1937 également). Dans le cas de ces deux derniers ouvrages, l'artiste a été identifié comme étant Paul-Emile Bécat (Dutel, 1252 et 2562). Or aucun bibliographe ne se risque à fournir un nom pour l'artiste qui illustre magnifiquement (il faut le souligner) cette Croisière amoureuse. A qui peut-on attribuer cette jolie suite de 12 illustrations érotiques ? Paul-Emile Bécat pourrait être un candidat de choix, il ne faut pas l'écarter. Quels autres noms d'artiste évoquer ? Fontana ? Dagy ? Belotti ? Luc Lafnet ? Le trait est assuré et de l'ensemble se dégage une impression très artistique de déjà vu. Quant à l'auteur, personne ne s'y est risqué non plus ! Johannes Gros ? Renée Dunan ?


A propos de l'éditeur : « J'ai connu Maurice Duflou à Paris en 1947, quand j'étais un surréaliste de vingt ans, et je l'ai fréquenté jusqu'à sa mort. C'était alors un vieil anarchiste fort distingué, se rendant à son imprimerie habillé en grand bourgeois, avec un chapeau à bord roulés, un foulard de soie bleu marine à pois blancs, un pardessus bien coupé, tenant d'une main sa canne, de l'autre sa serviette bourrée de livres érotiques qu'il proposait aux libraires spécialisés. Il avait une femme et une fille qui se désintéressaient complètement de son activité ; lui-même il l'accomplissait plutôt par conviction libertaire que par salacité. Il avait horreur des ouvrages mal écrits, des obscénités insupportables. Maurice Duflou possédait, dans une traversière de la rue de la Goutte-d'Or, une petite imprimerie où il travaillait tout seul à sa presse, tel un artisan d'autrefois ; en blouse grise, il bavardait avec moi devant sa fenêtre aux parisiennes à demi fermées, tout en surveillant sa cour comme s'il s'attendait à subir un assaut. En effet, la police avait fait plusieurs fois des descentes chez lui, abîmant son outil de travail, raflant ses livres. » Alexandrian, Histoire de la littérature érotique, Paris, Seghers, 1989, pp. 314-15.



TRÈS BON EXEMPLAIRE DE CET OUVRAGE RARE.

Prix : 1.600 euros 

 

samedi 4 juillet 2015

Les Cent Nouvelles Nouvelles du Roi Louis XI illustrées par Edmond Malassis (1931). 1 des 75 exemplaires sur Japon impérial avec 5 états des magistrales compositions de l'artiste. Rare.




LOUIS XI - Edmond MALASSIS, illustrateur

LES CENT NOUVELLES NOUVELLES attribuées au Roy Louis le Onzième. Sensuyt le présent livre des cent nouvelles nouvelles lequel en soy contient cent chapitres ou histoires ou pour mieux dire nouveaux compte à plaisance.

Se trouve chez Javal et Bourdeaux à Paris, 1931

1 volume grand in-4 (30 x 25 cm), en feuilles, XIV-255-(1) pages, couverture imprimée. 16 hors-texte gravés sur cuivre par Lorrain d'après les gouaches et aquarelles d'Edmond Malassis, imprimés en couleurs au repérage. 4 suite de ces 16 mêmes hors-textes (couleurs avec remarque, bistre, sanguine et bleu), soit un total de 80 eaux-fortes en couleurs pleine page. Lettrines et titres imprimées en rouge. Parfait état de l'ensemble.



TIRAGE A 590 EXEMPLAIRES.

CELUI-CI, 1 DES 75 EXEMPLAIRES SUR JAPON IMPÉRIAL AVEC 5 ÉTATS DES COMPOSITIONS DE MALASSIS.

Le détail du tirage est le suivant : 25 ex. sur Japon acien, 75 ex. sur Japon impérial, 150 ex. sur vélin et 300 ex. sur vélin, en outre 40 ex. sur Japon avec 2 interprétations supplémentaires (une par Manuel Orazi et l'autre par C. Farneti).

Edmond Malassis, né en 1874 (mort en 1940), était élève du peintre Gustave Moreau. Aquarelliste renommé ayant richement illustré de nombreux ouvrages pour les bibliophiles, il a laissé un nombre important d'exemplaires ornés d'aquarelles originales. Les Cent Nouvelles Nouvelles sont une de ses plus belles illustrations. Les 16 hors-texte sont de véritables petits tableaux fourmillant de détails pouvant servir à l'histoire du costume et du moyen-âge. Le tout servit par un humour efficace teinté d'érotisme paillard.



Les Cent Nouvelles nouvelles, dites du roi Louis XI, recueil de contes, composés de 1456 à 1461 à la cour du duc de Bourgogne Philippe le Bon, pendant le séjour que fit au château de Genappe le dauphin Louis, fils de Charles VII. Pour distraire les ennuis de l'exil du dauphin, chaque seigneur à son tour faisait un joyeux récit; dans l'édition publiée en 1486 par Ant. Vérard, les Nouvelles portent les noms de ceux qui les contèrent, et celles qui sont attribuées à Monseigneur, sans autre désignation, appartiennent, dit l'éditeur, au dauphin lui-même. Un secrétaire, ajoute la tradition, recueillit et rédigea ces histoires qui égayaient la cour de Bourgogne s'accorde, en effet, à reconnaître aux Cent nouvelles nouvelles un auteur unique, qui recueillit sans doute ses matériaux dans les réunions de Genappe, mais qui donna au livre sa forme et son style. A n'en pas douter, cet auteur est Antoine de La Sale, à qui l'on doit encore Les quinze joyes du mariage et l'Histoire du petit Jehan de Saintré. Il demeurait à Genappe, et son nom figure dans le recueil même, où se trouvent d'ailleurs les formes de pensée et de style particulières à ses autres ouvrages.



Référence : Carteret IV, 94 "Édition recherchée et cotée".



SUPERBE EXEMPLAIRE TEL QUE PARU DU TIRAGE SUR JAPON IMPÉRIAL AVEC 5 ÉTATS DES SPLENDIDES COMPOSITIONS DE MALASSIS.

Prix : 1.400 euros

jeudi 2 juillet 2015

Curiosa et Bibliophilie : Gamiani ou Deux nuits d'excès par Alfred de Musset. Superbe édition clandestine pour un groupe de bibliophiles illustrée de lithographies de Berthommé Saint-André. Bel exemplaire tel que paru.



A. DE M. [Alfred de MUSSET]

GAMIANI ou deux nuits d'excès.

Edition réalisée par le soins et au profit exclusif des "Vrais Amateurs Romantiques" (Groupement de bibliophiles), s.n., s.d. [Vers 1940, Henri Pasquinelli]

1 volume in-8 (24,3 x 19,3 cm), broché, couverture muette de papier gris (éditeur), 101-(2) pages. 20 lithographies hors-texte de Berthommé Saint-André tirées en couleurs et 14 lithographies du même artiste en noir dans le texte.


TIRAGE A 697 EXEMPLAIRES.

CELUI-CI, 1 DES 444 EXEMPLAIRES SUR PAPIER CHIFFON DE RIVES, AVEC LES DEUX SUITES SUR PAPIER VÉLIN.

La suite des 14 planches in-texte tirées à part sur 12 feuillets in-4 repliés avec d'importantes remarques (49 x 38 cm env. dépliées). L'autre suite (20 lithographies hors-texte) est en noir.


Ce roman est l’ouvrage le plus réimprimé au cours du XIXe siècle avec plus de 40 éditions. L'attribution du roman à Alfred de Musset a longtemps été contestée.

Le roman raconte deux nuits de la vie de la comtesse Gamiani marquées par ses ébats avec Fanny et Alcide. Pendant ces deux nuits, les trois personnages vont successivement raconter leur initiation sexuelle ainsi que leurs plus grands exploits dans ce domaine.



Pierre Louÿs dans le Manuel de civilité pour les petites filles à l'usage des maisons d'éducation écrit : « Ne suivez pas l'office sur un exemplaire de Gamiani, surtout s'il est illustré ».


"La première fois que je fus mise à l’épreuve, j’étais dans le délire du vin. Je me précipitai violemment sur la sellette, défiant toutes les nonnes. L’âne fut à l’instant dressé devant moi, à l’aide d’une courroie. Son braquemart terrible, échauffé par les mains des sœurs, battait lourdement sur mon flanc. Je le pris à deux mains, je le plaçai à l’orifice, et, après un chatouillement de quelques secondes, je cherchai à l’introduire. Mes mouvements aidant, ainsi que mes doigts et une pommade dilatante, je fus bientôt maîtresse de cinq pouces au moins. Je voulus pousser encore, mais je manquai de forces, je retombai. Il me semblait que ma peau se déchirait, que j’étais fendue, écartelée ! C’était une douleur sourde, étouffante, à laquelle se mêlait pourtant une irritation chaleureuse, titillante et sensuelle. La bête, remuant toujours, produisait un frottement si vigoureux que toute ma charpente vertébrale était ébranlée. Mes canaux spermatiques s’ouvrirent et débordèrent. Ma cyprine brûlante tressaillit un instant dans mes reins. Oh ! quelle jouissance ! Je la sentais courir en jets de flamme et tomber goutte à goutte au fond de ma matrice. Tout en moi ruisselait d’amour. Je poussai un long cri d’énervement et je fus soulagée… Dans mes élans lubriques, j’avais gagné deux pouces ; toutes les mesures étaient passées, mes compagnes étaient vaincues. Je touchais aux bourrelets sans lesquels on serait éventrée ! Épuisée, endolorie dans tous les membres, je croyais mes voluptés finies lorsque l’intraitable fléau se raidit de plus belle, me sonde, me travaille et me tient presque levée. Mes nerfs se gonflent, mes dents se serrent et grincent ; mes bras se tendent sur mes deux cuisses crispées. Tout à coup un jet violent s’échappe et m’inonde d’une pluie chaude et gluante, si forte, si abondante, qu’elle semble regorger dans mes veines et toucher jusqu’au cœur. Mes chairs lâchées, détendues par ce baume exubérant, ne me laissent plus sentir que des félicités poignantes qui me piquent les os, la moelle, la cervelle et les nerfs, dissolvent mes jointures et me mettent en fusion brûlante… Torture délicieuse !… intolérable volupté qui défait les liens de la vie et vous fait mourir avec ivresse !" (extrait)

De ce superbe livre se dégage une puissance hors du commun.



Référence : Dutel, Bibliographie des ouvrages érotiques publiés clandestinement en français entre 1920 et 1970, n°1650 ; Pia, Le Livres de l'Enfer, 575.

EXEMPLAIRE A L'ETAT DE NEUF, TEL QUE PARU.

TRÈS BELLE ILLUSTRATION FLAMBOYANTE DE LUXURE PAR BERTHOMMÉ SAINT-ANDRÉ.

VENDU - Prix : 650 euros



lundi 29 juin 2015

Éveline, Aventures et intrigies d'une jeune miss du grand monde (vers 1931). Edition clandestine tirée à très petit nombre (100 ex. ?) illustrée par 8 pochoirs en couleurs attribués à Carlègle. Très rare.




ANONYME

ÉVELINE, AVENTURES ET INTRIGUES D'UNE JEUNE MISS DU GRAND MONDE.

Londres [Paris, Marcel Seheur], MCMXI [vers 1931]

2 volumes in-12 (16,5 x 12,5 cm), brochés, 239-(1) pages. 8 figures libres hors-texte volantes aquarellées au pochoir. Couvertures roses imprimées en rouge et noir. Très bon état. Papier vélin crème. Le texte est entourée d'un filet perlé imprimé en rouge. Pages de titre imprimées en 2 couleurs.

TIRAGE A TRÈS PETIT NOMBRE (100 EX. ?). 

8 HORS-TEXTE LIBRES AU POCHOIR (CARLEGLE ?).



On lit imprimé au dernier feuillet : "Cet ouvrage a été tiré à très petit nombre et exclusivement réservé aux souscripteurs."

Selon Dutel on trouve cet ouvrage accompagné de différentes suites de gravures, certaines sont de Courbouleix, d'autres sont dans le goût de Carlègle (sont-elles de cet artiste ?), etc. Les catalogues consultés évoquent un tirage probable à 100 exemplaires seulement.

Notre exemplaire est accompagné de 8 gravures joliment rehaussées à l'aquarelle, dans le goût de Carlègle (certains évoquent aussi le nom de Joseph Hémard). Il y a une gravure par chapitre avec le numéro de page pour le placement de la gravure imprimé au bas.



« C'est la curieuse odyssée d'une de ces chastes misses anglaises, qui, sous une froide apparence, cachent un tempérament lubrique. (...) Initiée par un élégant valet de pied, elle devient bientôt initiatrice, et c'est par son propre frère qu'elle commence... » (Gay). L'originale parut en 1841, en Angleterre sous le titre Evelina. Il existe également une très rare édition "chez les marchands de nouveautés" en 1907.

Dans le Londres de l’ère victorienne, riche en interdits et frustrations, une jeune fille de la haute, apparemment glaciale et chaste, couve un tempérament de feu et connait un appétit sexuel insatiable. Pour assouvir la passion de ses sens, elle fait feu de tout bois et n’hésite pas a recourir aux services très particuliers des domestiques qui lui tombent sous la main. Un valet de pied l'initie alors aux plaisirs inavouables. Aussitôt, Éveline exerce ses jeunes talents d'initiatrice et commence par pervertir son frère

Référence : Dutel, Bibliographie des ouvrages érotiques publiés clandestinement en français entre 1920 et 1970, n°1527 (qui annonce "12 gravures dans le goût de Carlègle") ; Pia, Les Livres de l'Enfer, 464-465.



"Mes fesses touchaient son ventre, et je sentis tout à coup une petite chose dure qui se pressait contre elles. Je restai immobile, voulant que la nature fut la seule coupable dans cette action, mais j'étais si excitée en sentant sa petite pine dure et raide toucher mon con brûlant par-dessus la chemise que je brûlais du désir de la recevoir. Frédéric souleva sa chemise d'une main timide, craignant de m'offenser, resta quelques minutes sans bouger, puis, voyant que je ne remuais pas, il fit un léger mouvement en avant, qui plaça sa pine entre mes petites lèvres, je levai ma jambe gauche en avançant le derrière, ce qui fit entrer toute la tête de son vit, il fit un nouveau mouvement en avant, et il se trouva enfoncé jusqu'à la racine. [...]" (extrait).

TRÈS BON EXEMPLAIRE TEL QUE PARU DE CET OUVRAGE TRÈS RARE.

Prix :  1.400 euros

samedi 27 juin 2015

L'Oeuvre du divin Arétin, les Ragionamenti (La vie des nonnes, La vie des femmes mariées, La vie des courtisanes, Les Roueries des hommes, La Ruffiannerie) illustrés par André Collot. Exemplaire enrichi d'un dessin original et d'une suite libre.



Pietro ARETINO (Le divin ARETIN)

L'OEUVRE DU DIVIN ARETIN. LES RAGIONAMENTI illustrés de gravures sur cuivre en couleurs par André COLLOT.

Le Vasseur et Cie, éditeurs, 1933

4 volumes in-4 (24,5 x 20 cm), brochés, 184, 258, 146 et 156-(1) pages, emboîtages cartonnés de l'éditeur. Couvertures imprimées or. Couture des brochages un peu lâche parfois. Ensemble à l'état proche du neuf avec les couvertures et l'intérieur des volumes en parfait état.

Cette édition réalisée sous la direction artistique de Paul Durupt a été achevée d'imprimer le 30 octobre 1933 sur les presses de l'imprimerie Coulouma (H. Barthélémy, directeur). Les cuivres d'André Collot ont été tirés par l'imprimerie La Tradition à Paris.


TIRAGE A 510 EXEMPLAIRES.

CELUI-CI 1 DES 400 EXEMPLAIRES SUR GRAND VÉLIN A LA FORME.

60 EAUX-FORTES EN COULEURS DONT 6 BANDEAUX ET 54 HORS-TEXTE.


EXEMPLAIRE ENRICHI D'UNE SUITE DE 16 FIGURES LIBRES AU TRAIT REHAUSSÉES AU CRAYON DE COULEUR (attribuées à André Collot).

EXEMPLAIRE ENRICHI D'UNE TRÈS BELLE AQUARELLE ORIGINALE LIBRE SIGNÉE B. MINNE (dessinateur et affichiste des années 1950).


Cet ensemble contient La vie des nonnes, La vie des femmes mariées, La vie des courtisanes, Les Roueries des hommes, La Ruffiannerie.

L'illustration d'André Collot, abondante, colorée et humoristique, doucement érotique et coquine, confère à cet ouvrage un charme indéniable.


Aquarelle originale signée B. Minne


BEL ENSEMBLE ENRICHI DE CETTE TRÈS BELLE ÉDITION ILLUSTRÉE.

Prix : 1.200 euros


jeudi 25 juin 2015

Les Dialogues érotiques de Pierre Louÿs illustrés (vers 1950). 1 des 80 exemplaires sur Japon blanc. Curiosa peu commun.



Pierre LOUYS

CINQUANTE DIALOGUES.

A Cythère, MCML [vers 1950]

1 volume petit in-4 (23,5 x 16,5 cm), en feuilles, sous couverture imprimée en brun sur le premier plat. 100 feuillets non chiffrés (chaque cahier de 4 feuillets contient 2 textes et 2 illustrations, sauf le dernier cahier qui ne contient de 2 feuillets et 1 seule illustration). Le nombre de Dialogues est en réalité de 47 et non cinquante comme annoncé au titre (il a été vérifié sur un autre exemplaire que cette édition est bien complète en 47 dialogues). Impression du texte en noir et titres en orange. Les 47 illustrations au trait ne sont pas signées. Très bon état, petit grattage sur le premier plat de couverture (sans gravité).


ÉDITION HORS COMMERCE TIRÉE A 280 EXEMPLAIRES.

CELUI-CI 1 DES 80 EXEMPLAIRES SUR JAPON BLANC DES PAPETERIES DE VOIRON.

Le détail du tirage étant le suivant : 25 ex. sur Ingres d'Arches à la main, 45 ex. sur Rives B.F.K., 80 ex. sur Japon blanc filigrané des papeteries de Voiron, 80 ex. sur grand vélin teinté des papeteries Barjon, et 50 ex. sur divers papiers réservés à l'artiste et à ses amis.

Personne ne s'est penché sur cette jolie édition. L'illustrateur est resté inconnu des bibliographes. On a parfois avancé le nom d'André Collot. Il est vrai que les illustrations ressemblent aux petites illustrations du même genre qui servent de cul-de-lampes à une autre édition des Douze Douzains, illustrées de hors-textes également attribués à André Collot (même époque, vers 1950).


Ces Dialogues reprennent quelques uns des Douze Douzains de Dialogues de Pierre Louÿs : Paroles de suceuse - La pine mystérieuse - L'art d'être mère - Lecture au lit - Nini aime mieux la queue - Petite blanchisseuse - Jeunes filles en prière - La bite en cire - Deux filles pour un garçon - L'éducation de Nénette - La gousse enculée - On va jouer à la putain - Bonne d’hôtel - etc.

Référence : Dutel, Bibliographie des ouvrages érotiques publiés clandestinement en français entre 1920 et 1970, n°1234.


CURIOSA PEU COMMUN.

VENDU



samedi 20 juin 2015

Manuel de civilité pour les petites filles à l'usage des maisons d'éducation par Pierre Louys. Édition de 1948 tirée à 299 exemplaires et illustrée de 12 aquarelles reproduites au pochoir. Exemplaire enrichi d'une jolie aquarelle originale libre.



Pierre LOUYS

MANUEL DE CIVILITÉ POUR LES PETITES FILLES A L'USAGE DES MAISONS D’ÉDUCATION.

Londres, 1948 [Nice]

1 volume in-8 (25 x 17 cm), broché, 104-(1) pages. 12 aquarelles anonymes reproduites au pochoir. Exemplaire enrichi d'une aquarelle originale libre (non signée).



aquarelle originale


NOUVELLE ÉDITION DE CE CÉLÈBRE TEXTE DE PIERRE LOUYS.

TIRAGE A 299 EXEMPLAIRES.

CELUI-CI, UN DES 271 EXEMPLAIRES SUR VÉLIN DE RIVES.



L'édition originale de ce recueil de maximes et de conseils obscènes à l'usage des petites filles pour leur bonne éducation a été publiée en 1926 par Simon Kra (Pierre Louys étant mort en juin 1925). Il a été de nombreuses fois réimprimé depuis cette date, avec ou sans illustrations. Les exemplaires avec dessins originaux sont particulièrement recherchés des amateurs. Gérard Nordman qui appréciait particulièrement ce texte, indique Jean-Pierre Dutel dans sa Bibliographie des ouvrages érotiques publiés clandestinement en français entre 1920 et 1970 (n°1916 à 1921), ne possédait pas moins de 12 exemplaires uniques de la première édition.

Le volume s'ouvre sur cet avertissement : « Nous avons jugé inutile d'expliquer les mots : con, fente, moniche, motte, pine, queue, bitte, couille, foutre (verbe), foutre (subst.), bander, branler, sucer, lécher, pomper, baiser, piner, enfiler, enconner, enculer, décharger, godmiché, gougnotte, gousse, soixante-neuf, minette, mimi, putain, bordel. Ces mots-là sont familiers à toutes les petites filles. »

 
Quelques extraits :

A table, si l’on vous demande ce que vous buvez à vos repas, ne répondez pas : « Je ne bois que du foutre. » Ne faites pas aller et venir une asperge dans votre bouche en regardant languissamment le jeune homme que vous voulez séduire. Si vous branlez votre voisin dans sa serviette, faites-le si discrètement que nul ne s’en aperçoive. Si vous trouvez un cheveu suspect dans votre potage, ne dites pas : « Chic, un poil du cul ! ». Il est du dernier mauvais goût de glisser un godemiché sous la serviette d’une jeune fille à la place de son petit pain.

 
A l'église, Une petite fille qui s’éveille doit avoir complètement fini de se branler lorsqu’elle commence sa prière. Ne suivez pas l’office sur un exemplaire de Gamiani, surtout s’il est illustré. Si vous sucez un monsieur avant de partir communier, gardez-vous bien d’avaler le foutre : vous ne seriez plus à jeun, comme il faut que vous le soyez. Si vous baisez l’après-midi dans une église de campagne, ne vous lavez pas le cul dans le bénitier. Loin de purifier votre péché, vous l’aggraveriez au contraire.

etc.


L'illustrateur de ce volume n'a pas été identifié.

Références : Dutel, Bibliographie des ouvrages érotiques publiés clandestinement en français entre 1920 et 1970, n°1920 ; Pia, Les Livres de l'Enfer, 867.

BEL EXEMPLAIRE TEL QUE PARU, ENRICHI D'UNE AQUARELLE ORIGINALE LIBRE.

Prix : 600 euro



jeudi 18 juin 2015

Curiosa : Les Douze Douzains de Dialogues ou Petites scènes amoureuses de Pierre Louÿs, illustrés par André Collot. Edition clandestine rare des années 1950. Double suite des 10 figures libres.



Pierre LOUYS - André COLLOT, illustrateur

DOUZE DOUZAINS ... Illustrations de V . . . . .

Sans lieu ni nom [Achevé d'imprimer en 1953]

1 volume in-4 (29,5 x 22,5 cm), 24 feuillets non chiffrés, en feuilles, sous couverture imprimée, entièrement non coupé (neuf, jamais lu ...), 20 planches hors-texte (10 en noir et 10 avec rehauts de couleur rose)

NOUVELLE ÉDITION.

TIRAGE LIMITÉ A 500 EXEMPLAIRES SUR VÉLIN DE LANA. (Les exemplaires ne portent pas de numéro).

EXEMPLAIRE AUQUEL ON A AJOUTÉ UNE SUITE DES 10 ILLUSTRATIONS HORS-TEXTE EN NOIR.

Edition publiée au début des années 1950. Elle est ornée de 10 illustrations en 2 tons (noir et rehaut de couleurs) d'André Collot et d'un fac-similé de manuscrit de Pierre Louÿs. On y trouve aussi en guise d'ornements quelques figures obscènes en noir qui servent de culs-de-lampe etc.

Ouvrage condamné pour la première fois le 8 décembre 1955.


Ce célèbre ouvrage de Pierre Louÿs a paru pour la première fois en 1927 par le librairie Robert Télin sous le voile de l'anonyme. Ces délicieux dialogues de l'érotomane patenté qu'était le discret Pierre Louÿs sont au nombre de 12 : Dialogues des Filles nues - Dialogues des Masturbeuses - Dialogues des Lécheuses - Dialogues des Phallophores - Dialogues des Goules - Dialogues des Amoureuses - Dialogue des Enculées - Dialogue des Chieuses - Dialogue des Pisseuses - Dialogues des Mères et enfin Dialogues des Enfants.

Ces courts textes pornographiques et fortement scatologiques presque à tout propos, donnent aux images qui les accompagnent, une saveur particulière. Ce sont 90 petits textes (sur les 144 textes prévus) au total écrits par Pierre Louÿs entre 1894 et 1899 et dont la forme serait inspirée du Dialogue des Courtisanes de Lucien de Samosate.


Nous ne résistons pas au plaisir de citer trois textes parmi les plus croustillants (d'ailleurs ils le sont tous...).

Renseignements sur un cul de gousse

« T’as aussi bouffé l’cul d’la fille à la patronne ? Non, c’est pour ce soir qu’a m’a dit d’rester. Tu y as fait, toi ? Oh ! dis-moi, c’ment qu’elle est, que je sache !… Elle est dépucelée, dis ? Dépucelée ? Tu parles qu’elle est dépucelée ! Si tu voyais la connasse qu’elle a ! j’y fourre la main comme dans ma poche. Mais elle a pas vingt ans ? Eh ben, elle a un entonnoir, je ne te dis que ça ! Et pis, tu ne sais pas ce qui t’attend, ma gosse. L’soir que j’y ai été, elle m’a couchée à poil sur le pieu, en soixante-neuf, elle sur moi. Un cul mouillé, mais mouillé à croire que la queue en sortait, tant que ça l’excitait, la gousserie. Elle me bavait dessus, je l’avais pas touchée. Ah ! mince ! Attends, t’as pas fini : j’y donne un coup de langue… j’la fous en chaleur, et alors tu peux pas deviner ce qu’il lui a sorti du con : on aurait dit la gueule d’une soularde qui dégobillait du sirop, et tout ça dans ma bouche, la vache. “Merde alors, vous vous êtes donc pas branlée depuis trois jours ?” que je l’y ai dit… »

La proposition

« Si tu étais bien gentil… Qu’est-ce que je ferais ? Regarde comment je me place. Tu veux foutre en levrette ? Non. Tu veux une minette par-derrière ? Non. Ma langue au trou de ton cul ? Pas ta langue. Ma pine ? Tu es long à comprendre, tu sais. Ça va te faire mal. C’est mon affaire. Je te dis de m’enculer. Bien, bien… Oh ! que c’est dur. Écarte-moi les fesses… Pousse bien au milieu… Tiens… la tête y est déjà. Ah ! ha ! Branle-moi, dis, branle-moi… Attends donc que tout soit entré ! Oh ! pas si au fond… tu me déchires… Ouvre les cuisses pour que je te branle mieux. Ah ! que je jouis… remue, dis… Ah ! ha ! je le fais ! »

Dans la bouche

« Alors qu’est-ce que nous allons faire avant de nous quitter ? Moi, je n’en peux plus, tu sais. Voilà six fois que je mouille, je suis faible à me trouver mal… J’ai bien une idée, mais tu ne voudras pas. Qu’est-ce que tu en sais ? Je suis sûre que c’est encore quelque chose de dégoûtant. Oh ! dégoûtant… Je ne trouve pas du tout. Mais toi tu vas trouver ça dégoûtant, tu es si tourte. Dis-moi donc ce que c’est, grande sale. Tu n’as jamais fait pipi dans la bouche d’une fille ! Oh ! quelle horreur ! Eh bien, tu vas me le faire. Tant pis ! Tu as voulu que je parle. C’est demandé. Tu le feras. Sale cochonne ! Veux-tu bien te taire ! Ferme-moi la bouche avec ton chat. Mets-toi bien à genoux ; non, accroupie. Mets le trou sur mes lèvres. Là. Lâche tout maintenant, mais tout doucement : j’avalerais de travers. Et tu vas boire ce qui sortira ? Comme du champagne. Tu m’en feras autant, alors. Je veux goûter du tien. »

Références : Dutel, Bibliographie des ouvrages érotiques publiés clandestinement en français entre 1920 et 1970, n°1430 ; Pia, 385.


BEL EXEMPLAIRE TEL QUE PARU CLANDESTINEMENT VERS 1950.

VENDU

mercredi 17 juin 2015

La Belle Cabaretière par Jean Crok (vers 1965). Roman pornographique illustré de 16 photographies colorisées avant impression. Rare. Bel exemplaire.



Jean CROK

LA BELLE CABARETIÈRE. Roman.

Editions ELAOUIN, 1955 [fausse mention de dépôt légal] [i.e. vers 1965]

1 volume in-8 (20,7 x 14,7 cm), broché, 188 pages et 16 photographies colorisées avant impression. Beau papier papier chiffon resté bien blanc. Excellent état, proche du neuf.

ÉDITION ORIGINALE.

Ouvrage condamné pour la première fois le 16 mai 1966.


Référence : Dutel, Bibliographie des ouvrages érotiques publiés clandestinement en français entre 1920 et 1970, n° 1094.

"Philippe s'était mis à genoux. Il avait écarté les cuisses de Gaby. Son visage était à présent complètement enfoui dans la fourche des merveilleuses cuisses. Il s'aidait des deux mains pour mieux écarter les lèvres du conin. Tour à tour il mordillait le clitoris et le suçait, enfonçant par à-coups imprévus la pointe de sa langue dans le puits de velours et de miel que devenait le conin sous la métamorphose de son baiser intime et enflammant. [...]" (extrait)


BEL EXEMPLAIRE DE CE CLANDESTIN ILLUSTRÉ PAR LA PHOTOGRAPHIE COLORISÉE.

TRÈS RARE DANS CET ÉTAT DE CONSERVATION.

Prix : 250 euros


mercredi 10 juin 2015

Pornographie lyrique surréaliste ... Les divagations érotiques par Sixte. Douze dessins de Axe. Vers 1955. Textes et compositions érotico-ubuesques. 1 des 10 exemplaires de tête sur Japon nacré (avec 1 des 300 ex. sur vélin). Rare curiosa clandestin moderne.



SIXTE [pseudonyme de Jean-Marie BOURGOIGNIE ] - AXE [Raymond DAUPHIN]

DIVAGATIONS ÉROTIQUES. TEXTE Icules de J. M. Sixte. Douze Dessins de Axe. Divagations Erotiques.

Editions des Abbayes de Paris, s.d. [Eric Losfeld, vers 1955]



1 volume in-4 (28,5 x 20 cm), en feuilles, sous couverture rempliée imprimée en bleu (titre imprimé en bleu sur le premier plat), 12 compositions pleine page en noir, 1 feuillet de faux-titre avec la justification du tirage au verso, 1 page de titre entièrement gravée en noir, 1 page avec imprimée une citation "Le Père Ubu hésitait à dévoiler son but devant tant de candeur." 25 pages de texte imprimé en gros caractères (poèmes pornographiques ubuesques). Très bon état de l'ensemble, proche du neuf.



ÉDITION ORIGINALE.

RARISSIME EXEMPLAIRE DE TÊTE DU JAPON NACRÉ A 10 EXEMPLAIRES.


EXEMPLAIRE BIEN COMPLET DU DESSIN ORIGINAL SIGNÉ PAR L'ARTISTE.




Le tirage s'établit comme suit : 10 exemplaires sur Japon nacré et 300 exemplaires sur vélin pur fil des papeteries du Marais. Plus 20 exemplaires de collaborateurs.

C'est grâce à l'exemplaire vendu chez ALDE en février 2012 lors de la vente du libraire et amateur d'art Jacques Matarasso que nous en savons un peu plus sur cet ouvrage atypique. Matarasso explique : "Sixte n'est autre que Jean-Marie Bourgoignie, écrivain belge ayant participé au mouvement surréaliste en Belgique et Axe n'est autre que Raymond Dauphin, peintre belge. Tous deux vivaient sur la Côte d'Azur, le premier à Nice, le second à Biot, bien connu car il avait eu des expositions à Cannes. Nous étions trois amis, ce qui me permit d'acquérir une partie de l'édition, mais surtout des magnifiques dessins originaux de Dauphin, imprimés réduits au format du livre." L'exemplaire vendu en 2012 était également un des 10 ex. sur Japon nacré (accompagné de 10 dessins originaux de plus grand format).

Le dessin original de notre exemplaire représente une femme nue vue par dessous sa robe (voir photo).



ON JOINT :

MÊME OUVRAGE [1 des 300 ex. sur vélin]

Etat proche du neuf. Avec les 12 hors-texte avec rehauts d'aquarelles.

1 volume in-4 (28,5 x 22 cm), en feuilles, sous couverture rempliée imprimée (titre imprimé en bleu sur le premier plat), 12 compositions pleine page en noir avec rehauts de couleurs au pinceau, 1 feuillet de faux-titre avec la justification du tirage au verso, 1 page de titre entièrement gravée en noir, 1 page avec imprimée une citation "Le Père Ubu hésitait à dévoiler son but devant tant de candeur." 25 pages de texte imprimé en gros caractères (poèmes pornographiques ubuesques). Très bon état de l'ensemble, proche du neuf.



UN DES 300 EXEMPLAIRES SUR VÉLIN PUR FIL DES PAPETERIES DU MARAIS.

12 COMPOSITIONS HORS-TEXTE LIBRES REHAUSSÉES EN COULEURS AU PINCEAU.

Edition clandestine de qualité réservée aux seuls souscripteurs et non mise dans le commerce. Les poèmes bizarres et les histoires blasphématoires de ce court recueil sont illustrés par l’artiste dans un style réduit et un peu abstrait, avec une série d’illustrations légèrement aquarellées en deux couleurs, aux motifs souvent phalliques : femmes avec des phallus comme coiffures, ou manipulant un godemiché, moine jouant d’un orgue dont les tuyaux sont des pénis, etc.

Références : Dutel, Bibliographie des ouvrages érotiques publiés clandestinement entre 1920 et 1970, n° 1402 (page de titre reproduite) "Edition originale de ces textes érotico-ubuesques publiée au milieu des années 1950 par Eric Losfeld."

ENSEMBLE 2 VOLUMES.

BEAUX ET RARES EXEMPLAIRES DE CE LIVRE  ÉROTICO-UBUESQUE DEVENU RARE.



Prix : 1.300 euros



Liens vers d'autres livres

Related Posts with Thumbnails