mardi 12 janvier 2016

Bibliophile : Jean Gradassi (1960) et l'Escole de l'Interest et l'Université de l'amour de Claude Le Petit (1662). Bel exemplaire avec 3 suites des 12 compositions du miniaturiste.


Claude LE PETIT - GRADASSI jean, illustrateur

L'ESCOLE DE L'INTEREST ET L’UNIVERSITÉ DE L'AMOUR, LES CABARETS DE PARIS, CURIOSA, MINIATURES ORIGINALES de Jean Gradassi.

Editions Eryx, Paris, s.d. (1960)

1 volume in-8 (20 x 14,5 cm), en feuilles, couverture de papier rouge de l'éditeur, emboîtage de l'éditeur. 165-(3) pages avec 12 planches en couleurs au pochoir + 12 planches en noir avec remarques sous chemise + 12 planches en sanguine avec remarques sous chemise + 12 planches en bleu avec remarques sous chemise + décomposition de 2 planches (2 séries de 4 planches, état aquarellé, noir, rouge et bleu) + réimpression d'extraits du livre original ainsi que la transcription du Bordel des Muses ou les neuf pucelles putains de Paris, 1622). Excellent état de l'ensemble.



TIRAGE A 490 EXEMPLAIRES TOUS SUR VÉLIN D'ARCHES.

CELUI-CI, 1 DES 75 EXEMPLAIRES NORMALEMENT AVEC 2 SUITES, ICI AVEC 3 SUITES ET 1 DÉCOMPOSITION DE 2 PLANCHES.



Claude Le Petit était né à Paris en 1638. Il est mort sur le bûcher en place de Grève le 1er septembre 1662 à l'âge de 23 ans. Il était écrivain et poète et avait donné ces textes libertins et blasphématoires. Selon certains, un jour d’août 1662, ayant négligé de fermer sa croisée, le vent aurait fait envoler ses papiers, au nombre desquels une chanson impie qu’il avait composée sur la Vierge. Le poème blasphématoire, fut aussitôt ramassée par un prêtre qui s’empressa de le porter au procureur du roi. Pour d’autres, l’imprimeur qui devait procéder à l’impression de son Paris ridicule aurait dénoncé à la justice, à la suite d’une querelle, le libraire qui aurait, à son tour, livré l'auteur. Plus assurée fut la descente de police chez les frères Rebuffé, imprimeurs à Paris, rue Saint-Germain, près du Pont-Neuf. Les argousins saisirent et détruisirent les feuilles et les morasses de l'ouvrage qui était sous presse. L'auteur fut arrêté et incarcéré tout de suite après. Une perquisition ordonnée à son domicile découvrit le brouillon de chansons pernicieuses qui couraient manuscrites dans Paris. Cet athée, libertin et libre-penseur passa rapidement en procès. Non pour ses licences verbales, ses vers gaillards ou ses portraits libidineux et luxurieux mais pour la mise en cause des mœurs de la famille royale et de Mazarin. Dès le 26 août, le Lieutenant civil Daubray écrivit au chancelier Séguier qu'il fallait faire un exemple. L'instruction de son procès et l'arrêt de la Chambre criminelle du Châtelet furent rapides : l'accusé était condamné à être brûlé vif en place de Grève après avoir eu le poing coupé par le bourreau. L'appel du poète fut rejeté, la Cour du Parlement l'auditionna le 30 août et confirma la sentence le lendemain. Les parlementaires statuèrent seulement que le condamné serait discrètement étranglé avant d'être livré aux flammes. Il monta sur le bûcher le 1er septembre 1662.



Le miniaturiste contemporain Jean Gradassi a su déployer au travers de centaines de petites personnages fourmillant de stupre et de luxure, tout l'art poétique de Claude Le Petit. Il faut voir ici en l'enlumineur moderne un illustrateur hors-pair de la partie fine miniature. Le bibliophile expert appréciera particulièrement la scène intra muros.



BEL EXEMPLAIRE

VENDU - Prix : 350 euros



Liens vers d'autres livres

Related Posts with Thumbnails