lundi 10 décembre 2012

La Femme du voisin par Gustave Guiches. Exemplaire offert à Anatole France. Recueil d'historiettes entre femmes, maris et amants, entre bonheurs, heurts et malheurs dans le mariage.


Gustave GUICHES

LA FEMME DU VOISIN.

Paris, H. Simonis Empis, 1898 [Emile Colin, imprimerie de Lagny].

1 volume in-18 (18 x 11 cm) de (4)-240 pages.

Reliure demi-toile grise avec pièce de titre de maroquin rouge au dos, plats de papier marbré, premier plat de couverture illustré en couleurs par A. Guillaume bien conservé (reliure de l'époque). Très bon état. Intérieur frais imprimé sur papier courant.

ÉDITION ORIGINALE.


EXEMPLAIRE DE DÉDICACE OFFERT PAR L'AUTEUR A M. ANATOLE FRANCE.

"A Monsieur Anatole France de l'Académie Française, hommage empressé" signé G. Guiches.

Cet ouvrage humoristique, cocasse et badin, a été publié dans la collection "Les Humoristes" (collection à 2 francs de l'éditeur H. Simonis Empis). C'est un recueil d'historiettes entre femmes, maris et amants, entre bonheurs, heurts et malheurs dans le mariage.

"C'est rarement le mari qui éveille les sens de sa femme. C'est triste à dire, mais c'est comme ça." (extrait)

Gustave Guiches (1860-1935) était enfant de petits fonctionnaires municipaux et viticulteurs d'Albas (Lot), frappés par la crise du phylloxera. Gustave Guiches devient bachelier ès lettres après des études secondaires dans un établissement catholique à Cahors. Il poursuit des études supérieures, mais échoue, en 1879, à Paris, puis en 1880, à Toulouse, à ses examens en faculté de Droit. Décidé malgré tout à « faire de la littérature », il revient alors à Paris et travaille, pour gagner sa vie, à la Compagnie du gaz où l'introduit son beau-frère, chef du Contentieux. Sur recommandation d'une vieille tante et du poète lotois, Francis Maratuech, dont il a été le collaborateur pour la revue Le Feu follet, il rencontre à Paris des personnalités du monde littéraire, dont Albert Delpit et Charles Buet, qui tient un salon des mieux fréquentés. Il entre ainsi en contact avec des écrivains, des poètes qui font l'actualité et devient lui-même écrivain et dramaturge. Il rencontre toutes les personnalités de son temps dans ce milieu, de Henri Lavedan à Georges de Porto-Riche, d'Abel Hermant à Lucien Guitry, Sarah Bernhardt. Licencié de son emploi pour cause de réduction d'effectifs, il adresse ses textes aux journaux et il publie une nouvelle, « Le dernier exploit d'un huissier », dans Le Figaro, puis une autre dans Paris illustré.Son premier roman, Céleste Prudhomat, est accepté par La Librairie moderne, maison d'édition que viennent de lancer, rue Saint-Benoît, Gustave de Malherbe et Paul Hervieu, auxquels il a été présenté par Henri Lavedan. Il se lie d'amitié avec Bloy entre 1881 et 1887, Huysmans, Villiers de L'Isle-Adam. Il participe avec Marcel Prévost, Abel Hermant, Hugues Le Roux, Jules Perrin, Camille Oudinot, à un éphémère « Groupe des Treize » que devait parrainer Guy de Maupassant. Il signe avec Paul Bonnetain, J.-H. Rosny, Lucien Descaves, Paul Margueritte un texte resté célèbre publié dans Le Figaro du 18 août 1887, le « Manifeste des cinq », un pamphlet dirigé contre Émile Zola. On lui doit un portrait assez vivant de Bloy et de son milieu dans ses mémoires publiés en 1925, Au Banquet de la vie. En 1931, il est candidat malheureux à l'Académie française, contre Pierre Benoit qui est élu. (Source : Wikipedia)

Ce volume semble peu commun. Il n'est pas annoncé de grands papiers.

EXEMPLAIRE DE LA BIBLIOTHÈQUE ANATOLE FRANCE.

Prix : 250 euros

Liens vers d'autres livres

Related Posts with Thumbnails